Accueil Sports Derby LOSC-RCL: une affaire de pénaltys

Derby LOSC-RCL: une affaire de pénaltys

154
0

Dimanche soir se tenait le derby Lille – Lens tant attendu. Si le Losc montrait un visage séduisant dans le jeu en ce début de championnat mais un peu moins dans l’efficacité, c’est un Lens impressionnant qui se présentait à la décathlon arena. Invaincu depuis le début de la saison et ayant réussi à rester dans la roue du PSG au classement (4° au coup d’envoi) il offre un jeu de qualité et pour le coup efficace. Paulo Fonseca n’effectuait qu’un changement par rapport à l’équipe s’étant inclinée à Lorient. André Gomes prit la place de Jonas Martin dans l’entre-jeu.

La tension est palpable en ce début de rencontre. Alors que les deux équipes nous habituent à un jeu de qualité d’ordinaire, l’on assiste à une partie fermée. Il faut attendre un quart d’heure avant d’assister à la première occasion digne de ce nom.

Une première mi-temps hâchée

Machado pénètre dans la surface et est taclé par Fonte, de manière illicite selon l’arbitre M. Letexier. Sotoca se présente face à Chevalier mais écrase un peu sa frappe. Le gardien losciste est parti du bon côté repousse la tentative de l’attaquant lensois.

Loin de couper leur élan, cette occasion manquée semble galvaniser les artésiens. Ils maîtrisent nettement cette première mi-temps mais sans que Chevalier ne soit beaucoup mis à contribution. Tout juste pourra t’on noter la tentative d’Openda quelques minutes après et c’est au contraire David qui, peu avant la demi-heure de jeu est bien servi par Ounas mais frappe trop mollement pour inquiéter Samba, le gardien sang et or. Alors que l’on se dirige vers la pause, Haïdara ceinture André dans la surface sur un des rares corners obtenus par les lillois. C’est au tour du Losc de bénéficier d’un penalty que David transforme.

Mis en difficulté dans le jeu mais sans que Lens ne se montre vraiment dangereux, le Losc vire donc en tête à la mi-temps au terme d’une première période hachée (six cartons jaunes) et pauvre en occasions.

Le second acte sera bien plus animé. Il ne faut que deux minutes pour voir David se mettre en évidence d’une frappe lointaine dans les bras de Samba. Puis c’est au tour de l’insaisissable Ounas de buter sur le gardien des sangs et or dans un angle fermé. Diakité tente ensuite un centre-tir sur lequel Samba intervient encore puis André Gomes en bonne position, voit sa tentative déviée. Tout cela en l’espace de dix minutes, le Losc a clairement su rééquilibrer les débats. Lens n’en reste pas moins actif. Avec successivement à l’heure de jeu un bel enroulé de Cabot non cadré, une grosse frappe de Fofana non cadrée elle non plus puis un centre fuyant de Frankowski sur lequel Openda est trop court. Les actions s’enchaînent. Ounas place sa frappe excentrée de peu à côté puis Bamba enroule son ballon sans plus de réussite.

Le coup d’éclat de Lucas Chevalier

Le coup d’éclat de cette partie survient à la 70° minute avec un arrêt exceptionnel de Chevalier main opposée sur une magnifique frappe de Claude-Maurice dans la lucarne.

Cet exploit semble sonner le glas des espoirs lensois. L’on ne notera plus qu’une double occasion David – André Gomes annihilée par Samba et, dans les arrêts de jeu, un incroyable raté de Weah à quelques mètres du but vide qui reprend au-dessus le centre de David. Qu’importe, le Losc s’adjuge le derby dans une ambiance des grands soirs. Si les dogues ont couru après le ballon en première période, durant laquelle ils ont paradoxalement pris l’avantage, ils n’auront que rarement été mis en danger et auront offert un visage nettement plus séduisant après la pause. Ils peuvent cependant remercier Chevalier auteur de deux parades décisives et Ounas, dont chaque prise de balle est susceptible de créer le danger.

Il a certes fallu deux penaltys, l’un raté d’un côté, le second réussi de l’autre pour faire basculer la rencontre. Mais il faut mettre au crédit des loscistes leur capacité à empêcher leur adversaire du soir à se montrer dangereux. Après l’exception de la saison dernière, le Losc revient donc à la norme pour dominer le derby. Charge à lui de capitaliser cette victoire vendredi sur la pelouse d’un racing club de Strasbourg en difficulté depuis le début du championnat pour affirmer ses prétentions européennes.

Pierre Pillerault

Crédit photo: capture twitter

Le miroir du Nord, 2022. Dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentOVH et Oney France soumises aux sleeping giants et à la bien-pensance
Article suivantParticipez au treizième week-end “Sauvons nos tombes”

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici