Accueil Politique Libertés, Indépendants, Outre-Mer et Territoires, nouveau groupe à l’AN

Libertés, Indépendants, Outre-Mer et Territoires, nouveau groupe à l’AN

139
0

La composition des groupes politiques s’est effectuée à l’assemblée nationale mardi 28 juin après midi, même jour que le vote pour la présidence de l’institution. Exit Libertés et Territoires, groupe créé sous l’ancienne mandature, bonjour « Libertés, Indépendants, Outre-Mer et Territoires ».

16 députés composent cette famille quelque peu singulière. On y retrouve des élus déjà présents précédemment à l’assemblée nationale. Ils se déclarent représenter une opposition à la politique du gouvernement tout en ayant un oeil constructif. Il est présidé par Bertrand Pancher qui annonce la création prochaine d’une charte pour acter les valeurs du groupe.

Minorités régionales représentées aux côtés de l’UDI dont Guy Bricout du Nord

Sur les 16 députés, 8 sont les représentants de territoires insulaires: les 3 députés corses, mais aussi cinq élus en Outre-mer (Guadeloupe, Mayotte, La Réunion et Saint-Pierre-et-Miquelon). Paul Molac, le député qui défend la Bretagne les langues régionales fait également partie de l’aventure.

Mais, la marque de fabrique de Libertés et Territoires ne va t’elle pas s’estomper avec la présence de députés issus de l’UDI? En effet, le groupe est d’ailleurs composé de quatre autres parlementaires issus du parti centriste : Guy Bricout, Pierre Morel À l’Huissier et Jean-Luc Warsmann. Ne pouvant créer un groupe à eux seuls, ils ont accompagné des députés proches d’en constituer un à part entière. Car il est à noter que plusieurs représentants de minorités régionales ne sont pas membres de ce nouveau groupe. Généralement élus sous l’étiquette NUPES, ils sont pour l’instant rattaché à LFI. A voir si les positions jacobines de Jean Luc Mélenchon et de ses soldats ne provoquera pas des départs.

L’autonomie de la Corse comme 1ere revendication

C’est ce qu’a annoncé publiquement Bertrand Plancher devant l’assemblée nationale. Il est vrai que le sujet est dans les têtes des corses depuis les mots de Gérald Darmanin, désigné monsieur Corse en pleine crise de mars dernier. La mort de Yvan Colonna avait déclenché le débat. Mais comme à leurs habitudes, Emmanuel Macron et son ministre de l’intérieur ont pris diverses excuses pour repousser l’échéance.

Les élections passées et les groupes composés, la question va vite être sur le devant de la scène. Tous dans ce nouveau groupe hybride devront tenir la même position pour pouvoir négocier au mieux ce qu’attendent de pied ferme les Corses.

Crédit photo: DR

Le miroir du Nord, 2022. Dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentTour De France: J-5 avant la 1ere étape régionale
Article suivantSouvenirs de soldats organise une bourse militaria à Annequin le 3 juillet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici