Accueil Politique Benjamin Lucas ou la liberté d’expression à 2 vitesses

Benjamin Lucas ou la liberté d’expression à 2 vitesses

265
0

Benjamin Lucas, conseiller régional, affilié à Europe Ecologie Les Verts, s’est fait rapidement connaître pour ses interventions dans l’hémicycle qui ont parfois navrées Xavier Bertrand. Hier, il adopta la même posture en commission à l’Assemblée nationale. Un air de société du spectacle qui prêterait à rire si elle ne touchait pas la liberté d’expression à la télévision.

Instaurer une taxe « anti Zemmour »

Le député de la NUPES a déposé un amendement proposant d’élever la taxe pesant sur les chaînes de télé en cas de « diffusion dans l’année de propos d’une personne physique ayant fait l’objet d’une condamnation pour incitation à la haine, la violence ou la discrimination, complicité d’injures et de provocation à la haine ». Cette taxe passerait de 5,5% à 90%.

Comprenez bien, les chaînes de télévision s’exposeraient à une amende importante en cas d’invitation d’une personne condamnée pour ces faits. Compte tenu de la teneur de cette sanction, certaines y réfléchiraient à plusieurs fois. Certaines personnalités seraient mises de côté.

Evidemment, l’élu a visé notamment Eric Zemmour et fait référence aux 50 ans du RN. Les mouvements dits d’extrême droite sont donc directement visés. D’ailleurs sur ses réseaux sociaux, cela ressemble quasiment à une obsession. Beaucoup de tweets font référence au RN.

Les médias auraient donc le prétexte de ne plus les inviter certains politiques. D’autres ne pourraient plus le faire. Les français les entendraient moins, problème pour la liberté d’expression.

Benjamin Lucas sait profiter de son immunité parlementaire pour s’exprimer librement

Pourtant, Benjamin Lucas a conscience de l’importance de liberté d’expression. Il y a quelques jours il a insulté Eric Dupont Moretti de « petite frappe » sur un plateau télé justement. Ce qui lui a valu une menace du ministre de la Justice, en commission des lois, de porter plainte pour injure en cas de répétition de telle parole hors de l’hémicycle de l’Assemblée Nationale.

Les députés ont en effet liberté totale de parole lorsqu’ils occupent leur fonction au sein des locaux de l’Assemblée Nationale. Applique aux autres ce qui n’est pas appliqué pour toi-même, cela y ressemble fort.

Benjamin Lucas oublie certains délits

Dans sa proposition, l’élu de gauche vise les personnes appartenant à l’extrême droite. Il n’a pas intégré ceux condamnés pour violence sexuelle, violence sur époux ou encore de prise illégale d’intérêt, condamnation que risque Eric Dupont Moretti.

Embarras vis à vis de l’affaire Quatennens qui contrairement à d’autres élus mis en cause, a avoué les violences sur son épouse.

Dans tous les cas, proposer de limiter la diffusion de l’information est une atteinte à la liberté d’expression, un des droits fondamentaux dans une démocratie.

Crédit photo: capture twitter

Le miroir du Nord, 2022. Dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentMort au combat de Marc de Montjou, ami de Montherlant et inspirateur de Rebatet
Article suivantLa jeunesse corse maintient la pression sur Gilles Simeoni et Femu A Corsica

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici