Accueil Culture Décision prise par le conseil municipal de Denain de détruire l’église du...

Décision prise par le conseil municipal de Denain de détruire l’église du Sacré Coeur

727
0

C’est une nouvelle discrète mais bien malheureuse et à l’image de notre époque déracinée. Lors du conseil municipal, les élus de la mairie de Denain ont voté la destruction du Sacré Coeur. Edifice religieux construit en 1907, il avait été fermé pour mauvais entretien en 2007 et vendu à une association. Mais cette dernière a fini par jeter l’éponge faute de subventions pour maintenir le monument en sécurité.

Cette nouvelle ne semble pas émouvoir les hommes politiques de la région occupés à souffler en vacances ou à faire du spectacle à l’Assemblée Nationale.

Mais c’était sans compter sur l’association Urgence Patrimoine qui a lancé une pétition.

Voici le texte de la pétition:

Lors du Conseil municipal du 29 juin à Denain les élus ont voté pour la démolition de notre édifice. Nous souhaitons préserver notre patrimoine, cette église bien que désacralisée représente tellement de souvenirs pour de nombreuses familles du Denaisis. 

Nous avons besoin de vous, de votre soutien, signez notre pétition !

« les élus de la ville de Denain ne semblent pas sensibles à l’avenir de leur église« 

À l’heure où le Sénat produit un rapport sur l’avenir du patrimoine religieux, et que tout le monde s’agite soudainement autour de ce sujet, les élus de la ville de Denain ne semblent pas sensibles à l’avenir de leur église, puisque le 29 juin dernier, lors du Conseil Municipal, ils ont sifflé « la fin de la partie » pour l’église du Sacré-Cœur.

La nouvelle n’ayant pas fait grand bruit, nous sommes heureux qu’un membre du collectif de sauvegarde ait eu la bonne idée de nous demander un peu d’aide.

L’édifice de 2000 m², au cœur du quartier du Nouveau Monde de Denain, date de 1906. C’est l’ancienne église d’Usinor, entreprise qui a fermé en 1978, ce qui signifie qu’elle est le témoin du passé industriel de la commune et qu’au-delà de sa valeur cultuelle et culturelle, elle fait partie des grands témoins de l’histoire locale.

L’église a vécu sa dernière célébration religieuse en décembre 2007, avant d’être fermée, désacralisée et vendue par le Diocèse en 2012, à une association la Maison de Mam’Jo.

L’association n’a hélas pas eu les capacités financières pour restaurer l’édifice, car les travaux de réhabilitation étaient estimés à l’époque à 1 million d’euros. Elle a donc dû se résigner à le vendre à la commune en 2020, ce qui à l’époque semblait être un soulagement pour les défenseurs du patrimoine qui s’inquiétait de son sort.

Au moment du rachat, il n’était absolument pas question de la démolir, bien au contraire, l’idée étant de lui offrir une seconde vie au travers d’un projet culturel.

Changement de cap pour la mairie qui revient sur sa promesse de seconde vie de l’édifice

Comme le dit le texte de la pétition, la mairie, lors du rachat de l’église, avait de suite envisagé un avenir culturel. Un musée de la métallurgie ou encore sur le textile aurait permis de rendre hommage à la région. Une belle manière de respecter ce lieu même désacralisé.

Le rachat a finalement eu lieu en juin 2020. La commune avait prévu d’y faire participer les habitants du Nouveau Monde:  « Elle comprendra une phase de concertation avec les habitants, invités à s’approprier le futur projet ».

Que sont devenus les 500 000 euros normalement débloqués pour la rénovation? L’annonce de ce rachat n’était elle qu’un coup de communication? Nous développerons ce sujet prochainement par un autre article. On sait la mairesse de Denain plus proche de la communauté musulmane qu’elle a largement acceptée en dans son cercle restreint pendant des années particulièrement avant les élections municipales. On y comptait notamment Hassan Iquioussen, l’imam en passe d’être expulsé sur annonce de Gérald Darmanin.

Crédit photo: flickr

Le miroir du Nord, 2022. Dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentEntretien avec Eric Simoni, porte parole de Corsica Libera « Enfumage, cynisme et velléités répressives semblent toujours prévaloir du  côté de Paris »
Article suivantDocumentaire sur l’éolien: le Vent du Mensonge montre le futur du port de Dunkerque

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici