Accueil Environnement Baisse de la production d’énergie éolienne en 2021

Baisse de la production d’énergie éolienne en 2021

192
0

Notre région est la plus concernée par l’installation des éoliennes particulièrement dans le Pas-De-Calais. La situation est encore plus remarquable pour nos voisins picards. La grogne des habitants se fait de plus en plus entendre contre l’installation de ces parcs qui entourent complétement certains villages. Les inaugurations de ces parcs sont régulières comme nous vous l’évoquions il y a 1 semaine avec la Voie de Cambrai.

Et pourtant, selon une note du ministère de la transition écologique d’avril 2022, la production de ce mode énergétique est en baisse.

Une consommation en hausse mais une production qui ne suit pas

La production d’énergie éolienne a baissé de 7% entre 2020 et 2021. Le ministère de la transition écologique l’avoue lui même: « La production éolienne baisse également (- 7,0 %), pénalisée par des conditions de vent peu favorables. »

A remarquer qu’il en est de même pour l’énergie hydraulique contrariée par « un stock hydraulique en début d’année 2021 plus faible qu’en 2020 et de précipitations moins abondantes que l’année précédente au printemps et à l’automne« . Sa production a diminué de 5,1%.

Dans la catégorie des énergies renouvelables, c’est l’éolien qui connaît la baisse de production la plus importante. Le photovoltaïque est en progression de 12,6% de par l’augmentation des capacités installées. Il rattrape quelque peu son retard. A ce jour, l’hydraulique compose plus de la moitié des énergies renouvelables (53%), l’éolien, le tiers (33%).

En revanche, la consommation d’énergie éolienne est en hausse.  » La production normalisée d’électricité issue de la filière éolienne atteint 38 TWh en 2021 (+ 6 % par rapport à 2020) grâce au développement du parc éolien terrestre qui atteint 19 GW en 2021 (après 17 GW en 2020).

On y voit bien ici une contradiction: le parc éolien est toujours plus important…mais il produit moins d’énergie. La conséquence d’une énergie intermittente.

Le nucléaire retrouve presque son niveau normal

L’année 2020 fut une parenthèse pour beaucoup d’activité. Ce fut le cas pour les centrales nucléaires. Elle n’ont pu être contrôlées comme cela aurait dû l’être. Par conséquent, elles n’ont pas fonctionné au niveau maximum de leurs capacités.

« La plus grande disponibilité du parc nucléaire a favorisé une reprise de la production d’énergie primaire (+ 6,8 %) mais celle-ci progresse moins vite que la consommation primaire (+ 7,7 %), ce qui génère un recours accru aux importations ».

On constate que le rapport production/ consommation est bien plus bénéfique pour le nucléaire que pour l’éolien. La preuve est que certains graphiques émis dans le document référence mélangent hydraulique, éolien et photovoltaïque.

Il est donc plus difficile d’étudier la production détaillée de chaque source d’énergie…pour noyer le poisson? Les choses ne devraient pas évoluer autrement. Comme le publiait hier le journal les Echos, l’énergie éolienne rapporterait à l’avenir des millions à l’Etat.

Crédit photo: DR

Le miroir du Nord, 2022. Dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentDépartement du Nord: formater les enfants à l’égalité hommes-femmes
Article suivantMerlin de Douai, reçu avocat au Parlement de Flandre

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici