Accueil Environnement L’éolien permet un retour de Xavier Bertrand sur le devant de la...

L’éolien permet un retour de Xavier Bertrand sur le devant de la scène (1/2)

297
0

Cela faisait longtemps que son nom n’était pas apparu de manière aussi soutenue sur les réseaux sociaux. Xavier Bertrand fait son retour dans l’actualité grâce à son rôle de président de région. Sa campagne menée pour accéder au graal national nous avait fait presque oublier qu’il dirigeait les Hauts de France.

Pour cela, il a choisi un de ses thèmes de prédilection: la lutte contre les éoliennes. On peut se rappeler ses nombreuses esclandres à ce sujet notamment lors des débats organisés face à ses « collègues » des Républicains en vue de la désignation du candidat pour la présidentielle. Mais au conseil régional, cette prise de position s’est exprimée rapidement dès son 1er mandat. Un bon prétexte pour s’en prendre au président de la République alors qu’il menait campagne pour la présidentielle en solo.

L’institution régionale a donc voté une subvention de 170 000 euros sur 3 ans au bénéfice de l’association Stop Éoliennes Hauts-de-France. De quoi réjouir les opposants, associations et riverains qui se sentent enfin écoutés.

Outre des considérations politiques, les élus écologistes étant favorables à l’éolien, ce geste interroge sur plusieurs points.

Un processus mené rapidement qui répond à une promesse de campagne

Cette subvention de la région répond à une promesse de campagne de Xavier Bertrand en vue de sa réélection à la région en juin 2021. Dès mars 2021, les paroles du président candidat sont claires.

L’association en elle même est créée le 4 janvier 2022. Elle fait la demande de subvention le 1er mars. Son assemblée générale ne se déroulera qu’après la demande d’aide, soit le 25 mars. La région disposait elle de l’ensemble des documents nécessaires à une telle demande pour instruction? Le délai entre la demande et le vote est, comparativement à la majorité des situation très court. Habituellement, le délai peut monter facilement à 6 mois, les dépenses engagées sont remontées au moment de la demande pour ne pas pénaliser le demandeur.

Quid de la légalité de cette aide?

La question se pose. La situation peut sembler singulière. Une collectivité publique accorde une aide à une association luttant contre des décisions adoptées par les préfectures. Le conseil régional est le principal soutien financier d’une structure agissant contre les représentants de l’Etat. La question ne se poserait pas si les aides apportées à la fédération étaient uniquement composées de dons privés ou de cotisations. Elle bénéficie d’ailleurs de ce type de soutiens.

Mais leur montant est bien minime par rapport à la subvention du conseil régional comme le montre un extrait de la délibération votée concernant l’année 2022. L’association comptabilise à ces titres de 12 000 euros de recettes.

On peut parler de quasi dépendance vis à vis de la région dont l’aide représente plus de 75% des recettes de l’association.

Autant de questionnements qui, additionnées à l’opposition politique ont provoqué davantage la colère des élus écologistes. Ces derniers vont jusqu’à accuser Xavier Bertrand de financer des lobbyistes climato-sceptiques.

Nous reviendrons sur cette aide controversée et sur de possibles incohérences dans cette action politique et de communication.

Crédit photo: capture twitter

Le miroir du Nord, 2022. Dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentJean Lassalle dans le Hainaut pour entendre le peuple en souffrance
Article suivantNous avons testé pour vous: les vacances en voiture électrique 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici