Accueil Minorités régionales Régions et Peuples solidaires presque en dehors de la présidentielle

Régions et Peuples solidaires presque en dehors de la présidentielle

107
0

Régions et peuples solidaires, groupe militant pour une république fédérale, s’est positionné vis à vis de l’élection présidentielle. Ce groupe rassemble des parlementaires et élus défendant les langues régionales, les identités et une certaine place vis à vis du pouvoir parisien. Ses membres appartiennent à divers groupes constitués à l’Assemblée Nationale (liberté et territoires), au Sénat (écologistes, solidarité et territoires) ou encore au Parlement Européen (groupe verts/ ALE).

A l’unanimité, les représentants ont décidé de ne pas apporter de soutien à un candidat en particulier. Cependant, il laisse la liberté à ses membres, de manière individuelle, de voter pour Yannick Jadot. Cette indication semble logique compte tenu du « pedigree » politique certains membres.

Le communiqué du groupe en date du 23 février

ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE 2022 : R&PS NE SOUTIENT AUCUN CANDIDAT

Lors de son congrès 2021 à Toulon, Régions et Peuples Solidaires (R&PS) avait annoncé « participer activement à la phase des élections présidentielle et législatives de 2022 afin de défendre le projet d’un fédéralisme différencié ». 

Concernant l’élection présidentielle, R&PS s’était laissé jusqu’à la fin de l’hiver pour évaluer les convergences avec les candidats. Samedi 19 février, le Conseil Fédéral de R&PS (qui rassemble les représentants des quatorze organisations membres à part entière) s’est réuni pour arrêter sa décision.

Considérant qu’aucun candidat ne propose clairement de rompre avec le jacobinisme et d’engager effectivement la France sur la voie du fédéralisme différencié, R&PS a décidé à l’unanimité de n’apporter son soutien à aucun candidat à l’élection présidentielle mais de laisser cependant la liberté à ses composantes de soutenir individuellement la candidature de Yannick Jadot.

L’évaluation du programme de chacun des candidats à l’élection présidentielle sera faite et rendue publique dans les prochaines semaines.

Ce n’est pas seulement le président de la République qu’il faut changer mais le centralisme présidentialiste de la Ve République qui impose des décisions ne respectant pas les réalités et les besoins des territoires.

Dans la législature qui s’achève les représentants et sympathisants R&PS à l’Assemblée nationale ont démontré leur capacité à rassembler et à animer des majorités de projet pour faire avancer, malgré l’opposition du Gouvernement, des dossiers phares comme les propositions de loi Molac sur les langues régionales ou Acquaviva sur le logement.

Les discussions en cours, engagées avec plusieurs formations progressistes et écologistes devraient permettre une démarche de ce type s’appuyant sur la formation historique d’un pôle  » régionaliste/fédéraliste » aux prochaines élections législatives. Celles-ci seront dès lors déterminantes dans la poursuite de notre engagement politique en faveur de tous les territoires.

Gustave Alirol, Président de Régions et Peuples Solidaires

Une décision cohérente

La décision de Régions et peuples solidaires apparaît comme la plus cohérente. Aucun candidat n’a effectivement la moindre considération pour les territoires et leur protection et leur considération. Il est difficile d’imaginer une prise en compte de considérations régionalistes. La priorité des candidats, qu’ils soient de gauche ou de droite n’est pas celle ci. Certains défendent d’abord les droits des peuples extra- européens, d’autres voient ces revendications une fêlure dans l’indivisibilité de la France.

Crédit photo: capture twitter

Le miroir du Nord, 2021. Dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentLe match Auchan Carrefour en attente de la présidentielle
Article suivantStirrup, logement pour migrants contre défiscalisation

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici