Accueil Politique Gérald Darmanin dans sa bulle

Gérald Darmanin dans sa bulle

223
0

Le ministre de l’intérieur a provoqué maintes réactions sur les réseaux sociaux ces derniers jours. Ses passages devant les médias ont provoqué respectivement moquerie et exaspération.

Lundi: la méthode couet

Il y a 2 jours, l’ancien maire de Tourcoing était sur France inter/ France info pour l’émission Questions politiques. Evoquant le bilan d’Emmanuel Macron en ces termes  » il n’y a pas un français, je pense, qui pense qu’il n’a pas été un bon Président de la République ». Les journalistes ne peuvent s’empêcher de bouffer de rire.

Hilarité garantie sur twitter

Barbara Pompili, ministre de la transition écologique a trouvé son collègue un peu trop optimiste

Alors qu’il serait en tête pour la présidentielle selon les derniers sondages, une autre étude fait mention que 56% des français n’ont pas été convaincus par ses actions.

Gérald Darmanin est donc obligé de s’en remettre à la méthode coué…oubliée la crise des gilets jaunes, oubliés les ministres mis en examen, oubliée la gestion catastrophique de la crise sanitaire.

Mardi: l’arrogance d’un enfant roi

C’est dans un tout autre registre que le ministre s’est fait remarquer. Invité sur BFM le matin, il se retrouve face à la journaliste Apolline de Malherbe. Alors qu’elle ne faisait que reprendre les chiffres du ministère de l’intérieur sur les violences en France, elle a subi les foudres de son invité. Entre arrogance, mépris voire insulte, le Tourquennois a manifestement manqué de classe et ça s’est vite vu sur les réseaux sociaux. Opposants politiques, simples observateurs et citoyens, il a fait l’unanimité contre lui.

Tel un enfant gâté à qui on vient de faire une remontrance, il va jusqu’à accuser la journaliste de « populiste ».

Certains y ont même vu de la misogynie.

L’attitude de Gérald Darmanin vis à vis de la gente féminine a souvent fait grincer des dents au sein même de son propre mouvement politique.

Malgré cela, le ministre a toujours été défendu par le président de la République et même par Marlène Schiappa, si prompte pourtant à dénoncer le sexisme même là où il n’existe pas. Elle l’a défendu bec et ongle lors d’une séance de questions à l’assemblée nationale face à Constance Le Grip, députée Les Républicains qui demandait des comptes. Là aussi remarquons la réponse désobligeante, agressive et hautaine de la ministre déléguée.

Une manière de faire oublier la nouvelle affaire qui embarrasse Eric Dupont Moretti et sa maserati?

Signe d’un élu en panique ou à bout face à des résultats en dessous de tout? ou tout simplement une énième manifestation d’un mépris exacerbé depuis le début de ses fonctions à l’image de son dirigeant politique?

Crédit photo: wikipédia

Le miroir du Nord, 2022. Dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentL’attrait des fabricants de batteries électriques pour la région est il bon pour l’avenir? (2/2)
Article suivantCalais: barrages routiers en continu depuis le début de l’année

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici