Accueil Minorités régionales Corse: Corsica Libera acte une motion de solidarité avec le FLNC

Corse: Corsica Libera acte une motion de solidarité avec le FLNC

96
0

Corsica Libera, mouvement indépendantiste corse, tenait hier son congrès à université de Corti. Dans un contexte toujours tendu avec l’Etat français, ses principaux cadres ont présenté l’évolution du mouvement. Ils ont notamment réaffirmé la place prépondérante donnée à la jeunesse.

Réaffirmation des principes arrêtés lors des journées internationales de Corti

Autour de Pentr’Antò Tomasi, porte parole du parti, et Josepha Giacometti-Piredda, en charge des questions d’ordre institutionnel, c’est une dizaine de jeunes militants qui constituent un conseil. Alors qu’aujourd’hui les Corses se remémorent le souvenir d’Yvan Colonna mort il y a 8 mois, les plus jeunes militants avaient tenu en tête le pavé en mars dernier.

Devant 400 personnes, ils ont rappelé la nécessité de confirmer les 10 points arrêtés en août dernier.

La question des prisonniers corses mais aussi l’affirmation d’un peuple corse notamment par la reconnaissance de leur langue sont de nouveau aux devants de la scène. En cause, le sentiment pour les indépendantistes que leur peuple est en train de disparaître.

Motion de soutien à tous les corses qui luttent pour la réappropriation de leurs droits, FLNC compris

Au cours de cette journée, les cadres ont fait une référence explicite au front de libération nationale corse et ont acté leur soutien.

Le but est de faire comprendre l’importance du dépôt des armes par le groupe armé en 2014 et l’écoute que la France aurait dû avoir vis à vis de ce geste. Ecoute qui selon Corsica Libera et la majorité des Corses est largement insuffisante. Le climat sans concession installé par les dirigeants politiques français en serait une preuve.

Nouvelles villas de continentaux visées ce weekend

Depuis plusieurs mois, des habitations appartenant à des résidents temporaires français ont été l’objet de dégradations ou d’explosions. A chaque fois, la maison est vide.

Samedi dernier, ce sont 3 villas, deux en Corse du Sud à Olmeto et une à Santa-Maria-di-Lota en Haute Corse, qui ont fait les frais de plasticages. Sur l’une d’elle, un tag FLNC retrouvé inscrit. Le weekend dernier, même message à Galeria sur des bateaux brûlés et une villa incendiée. Deux jours avant, ce sont des engins de chantier situés sur la rocade d’Ajaccio qui ont subi les mêmes dégâts.

En juillet dernier, le FLNC avait revendiqué 16 attentats contre des propriétés privées et des entreprises de BTP. Il avait au préalable diffusé un communiqué de presse très sévère envers la France et l’exécutif corse, Gilles Simeoni en particulier.

La violence pourrait-elle être de retour en Corse? Gérald Darmanin en charge du dossier « Corse », semble loin de cette préoccupation, occupé actuellement à déployer les forces de l’ordre françaises au Qatar pour la coupe du monde.

Crédit photo: corsica libera

Le miroir du Nord, 2022. Dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentEolien : pour le patron de Siemens Energy, l’éolien est une contrainte
Article suivantHorreur à Roisin, la Bande Moneuse a encore assassiné lâchement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici