Accueil Minorités régionales Le débat sur la sortie de l’Alsace de la région Grand Est...

Le débat sur la sortie de l’Alsace de la région Grand Est relancé

125
0

L’Alsace a déjà un statut particulier avec l’existence de la collectivité européenne d’Alsace. Son président, Frédéric Bierry, milite depuis des années pour la sortie de son territoire de la région Grand Est. Pour cela, la collectivité a même organisé un referendum ouvert aux habitants mais aussi ceux qui y ont une attache (naissance, famille…). Les partisans d’un retour en arrière s’étaient mobilisés. Plus de 168 000 personnes avaient voté pour répondre aux 2 questions suivantes:

  • l’Alsace doit elle sortir du Grand Est?
  • pour redevenir une région à part entière?

Succès qui avait été rapidement terni par Jean Rottner, président de la région Grand Est. Mais il semble, cependant, que cette initiative ait trouvé écho du côté de ses adversaires du rassemblement national.

Promesse de campagne des régionales 2021 du RN

Lors de la campagne des régionales de juin 2021, Laurent Jacobelli, conseiller régional a déclaré souhaiter rétablir la région Alsace pour réduire l’étendue de la région Grand Est. Il misait alors sur la proximité territoriale en vogue en période de crise sanitaire. De manière générale, il s’était prononcé sur un retour des anciennes régions dont la fusion est un échec financier mais aussi culturel. Les habitants ne se retrouvent pas dans ces monstres administratifs.

Il avait suivi l’avis de sa patronne. A la même période, Marine Le Pen avait rappelé l’incohérence de la fusion des régions. « La France “est diverse” […] Parce que justement elle est riche de toutes ses différences” par “ses accents, ses langues régionales, son histoire, ses identités régionales, ses spécificités gastronomiques”.

Initiative purement économique du RN, mouvement jacobin

Mais depuis juillet dernier, Laurent Jacobelli est devenu député. Dans le cadre de ses nouvelles fonctions, il a déposé une proposition de loi devant l’Assemblée nationale vendredi dernier. Cette dernière reprend celle de son collègue Jean Louis Masson, sénateur du même territoire représentant de Debout la France, mouvement de Nicolas Dupont-Aignan. La proposition de loi es axée sur 2 objectifs :

  • organiser un référendum pour demander aux Alsaciens s’ils veulent que l’Alsace sorte du Grand Est ;
  • en cas de réponse positive, remplacer le Grand Est par une région Alsace et par une région Est correspondant au territoire des anciennes régions Champagne-Ardenne et Lorraine.

Pour cela, il met en avant l’aberration administrative du Grand Est mais aussi les balbutiements du gouvernement face à l’avenir de l’Alsace. Alors même que les alsaciens ont à plusieurs reprises exprimé leur volonté de se scinder du reste de la région. Par exemple, un sondage réalisé par l’IFOP en février 2018 a constaté que 83 % des Alsaciens souhaitent le rétablissement d’une région Alsace de plein exercice. Ce résultat fut confirmé par un second sondage réalisé peu après par BVA.

Même si Laurent Jacobelli milite depuis des années pour ce découpage et un retour à minima aux anciennes régions, il fait partie d’un mouvement politique purement jacobin. Cette prise de position semble répondre à un enjeu économique mais aussi électoral.

Nombre de cadres de ce mouvement en la personne de sa présidente elle-même ont tenu des propos quant à l’indivisibilité de la France. Pour le RN, il y a respect de la culture, de l’histoire, de la langue régionales mais cela ne va pas plus loin. On ne dépasse pas le stade du folklore.

Le meilleur exemple est celui de Gilles Pennelle, président du groupe RN en Bretagne, seul groupe à avoir voté contre un voeu d’un statut d’autonomie législatif. Quant à Marine Le Pen, elle s’est exprimée suite à la déclaration de Gérald Darmanin quant à une évolution du statut de la Corse. Je refuse que le clientélisme cynique d’Emmanuel Macron brise l’intégrité du territoire français : la Corse doit rester française »

Nous regarderons la suite donnée à cette proposition de loi qui devra faire face au jacobinisme français latent.

Crédit photo: DR

Le miroir du Nord, 2022. Dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentCorse: l’espoir est il permis pour la demande de semi-liberté de Pierre Alessandri?
Article suivantAprès-midi de sensibilisation aux luttes du Rojava sur le campus universitaire de Lille I

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici