Accueil Société Après les désastres des gilets jaunes et du stade de France, Didier...

Après les désastres des gilets jaunes et du stade de France, Didier Lallement va continuer avec les éoliennes en mer

294
0

Rares furent les préfets dont le nom fut retenu par la France entière, Didier Lallement est certainement une exception. Celui qui fut préfet de Paris à partir de mars 2019, soit en pleine crise des gilets jaunes a laissé des souvenirs peu mémorables dans la tête de beaucoup de Français. Sa dernière bévue est plus récente et remonte à la finale de ligue des champions de football opposant Liverpool et le Réal Madrid. Malgré cela, il vient d’être nommé secrétaire général de la mer.

Didier Lallement, fort avec les gilets jaunes, faible avec la racaille du stade de France

Le nom de Didier Lallement se fait connaître dès sa nomination en tant que préfet de police de Paris en mars 2019. La crise des gilets jaunes frappe la France depuis quelques mois, Emmanuel Macron est en difficulté face à des français qui subissent ses mesures brutales et mettant en danger leur pouvoir d’achat. La revendication principale est claire : le voir démissionner.

Emmanuel Macron, au lieu de faire le dos rond, va au contraire continuer les attaques sur son propre peuple. Didier Lallement arrive et avec lui ses méthodes brutales et son arrogance innée. Conclusion: alors que des manifestants pacifistes ont déjà été mutilés, il va accentuer la répression et accompagner Christophe Castaner dans sa folie répressive. Il est d’ailleurs visé par 2 plaintes de manifestants pour des actes commis en 2019.

Un an plus tard, arrive la crise du covid. Là aussi, Didier Lallement va se montrer intransigeant avec les opposants, ceux qui essaient de détourner quelque peu les règles. Pire, il s’était exprimé publiquement en liant hospitalisations et non-respect du confinement. Il avait indiqué regretter ses propos quelques jours après. Mais cela était significatif de l’état d’esprit du bonhomme.

Le dernier épisode marquant dans ses fonctions ne fut pas non plus glorieux. Le 28 mai dernier, le stade de France accueille la finale de ligue des Champions. C’est un fiasco dans l’organisation. Trop de billets vendus, les racailles locales parviennent à entrer dans le stade sans billet. Les supporters anglais sont violentés par la police. Gérald Darmanin les accuse du fiasco, Didier Lallement le soutient. Aucun ne parlera des vols, agressions, attouchements des racailles et migrants de Seine Saint Denis. Il va même plus loin. Le 9 juin , jour de son audition devant le Sénat, il réitère ses propos mettant en les supporters de Liverpool très en colère.

Direction le secrétariat général de la mer…et les éoliennes

Malgré ce bilan et l’âge avancé du personnage (66 ans), Emmanuel Macron est parvenu à le recaser en tant que secrétaire général de la mer. Une belle promotion comme celle dont a pu bénéficier Agnès Buzin ou plus Sibeth Ndiaye, qui avaient également défrayé la chronique. Nommé « sur proposition de la Première ministre » Elisabeth Borne, il prendra ses fonctions « à compter du 3 octobre ».

Le rôle du secrétaire général de la mer est de contrôler, d’évaluer et de coordonner la politique maritime du gouvernement. Il aura donc un rôle important vis à vis du déploiement des parcs éoliens en mer. Emmanuel Macron l’a répété la semaine dernière, 50 parcs seront déployés le long des côtes françaises. Il est demandé aux préfets d’accélérer la cadence et ne perdre aucun temps dans les procédures d’autorisation. Didier Lallement sera donc chargé de contrôler l’avancée de ces projets éoliens. Alors que les premières éoliennes sont arrivées en mer bretonne et les premières offuscations des élus se font entendre, il sera à la manoeuvre pour que le processus suive la cadence.

Malgré les oppositions des associations, des riverains, de certains élus, on voit mal Didier Lallement en tenir compte. C’est cela quand on tient toujours le mauvais rôle.

Crédit photo: wikipédia

Le miroir du Nord, 2022. Dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentTourisme : résultats régionaux très modestes même avant le covid
Article suivantRencontre avec Hélène Lemaire, directrice de l’U.N.A. « le conseil département du Nord n’a pas apporté de réponse à la détresse du secteur de l’aide à domicile »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici