Accueil Politique Balance ta sub Balance ta sub: vos impôts au service des vacances aux sports d’hiver...

Balance ta sub: vos impôts au service des vacances aux sports d’hiver des jeunes de banlieue

37
0

Nous vous proposons un nouveau sujet de la rubrique balance ta sub, entendez sub comme subvention. Cette fois, nous nous intéressons à une initiative régulière de la préfecture. Dans le cadre des futures vacances d’hiver est lancé l’appel à projets « Découverte des sports d’hiver pour les jeunes des quartiers prioritaires de la politique de la ville ». Comme nous vous relatons souvent, encore une action envers ces quartiers autrefois appelés banlieues et ses habitants pendant que les campagnes et les ruraux sont encore délaissés.

Le Nord Pas-De-Calais fortement concerné par les quartiers prioritaires de la politique de la ville

Notre région est fortement concernée par la politique de la ville:

  • Le Nord est le département compte le plus de quartiers prioritaires. 91 quartiers regroupent 365 000 habitants, soit le 4eme département par la part de population,
  • Dans le Pas-De-Calais, ce sont 61 communes et 64 quartiers prioritaires qui ont été définis. Cela représente 160 000 personnes.

La carte de France publiée sur le site de l’INSEE met bien en avant la forte concentration de ces quartiers dans nos territoires.

Des points communs existent entre ces quartiers des 2 départements : la population vit majoritairement sous le seuil de pauvreté, est éloignée du travail. Mais aussi, à chaque fois, ces zones géographiques concernées sont celles regroupant le plus de logements sociaux ouverts à une grande majorité de personnes immigrées voire étrangères.

Encore des fonds pour une politique aux échecs prouvés

L’appel à projets lancé par la préfecture est à destination des associations et collectivités souhaitant organiser un séjour aux sports d’hiver. Ils accueilleront des enfants âgés de 11 à 17 ans et habitant dans le Nord. Plusieurs conditions à l’acceptation du projet sont imposées.

Les montants engagés dépendront du nombre d’appels à projets déposés. La somme allouée ne dépassera pas 1000 euros par enfant. Les associations seront financées à 100% et les collectivités à 80%…ces dernières passeront donc par une association pour permettre un financement total.

Or, malgré des moyens astronomiques versés pour la gestion de ces quartiers, rien n’y fait. 40 ans d’échec selon la Cour des Comptes qui publie un rapport au vitriol en décembre 2020. Combien d’équipements aménagés ou rénovés et dégradés quelques jours après par la racaille qui domine ces quartiers. Combien de personnes vivant la peur au ventre face à des bandes qui font régner leur loi.

Ces millions versées par l’Etat et les municipalités sont là uniquement pour acheter la paix sociale. Pendant ce temps là, on diminue le remboursement des frais de santé ou aucune aide ne sera accordée aux français ne pouvant se chauffer correctement ou rénover leur logement.

Vigilance vis à vis de l’inscription des jeunes filles

Outre des considérations écologiques (déplacement en train, valorisation des circuits courts), il est demandé un équilibre dans les inscriptions des enfants. La préfecture sera vigilante que les filles soit inscrites en nombre similaire à celui des garçons. « veillent au départ en séjour des jeunes filles (viser la parité entre les filles et les garçons)« . Etonnante recommandation dans notre société moderne actuelle mais qui renvoie au mode de vie de beaucoup de jeunes filles immigrées. Les filles ont parfois moins le droit de sortir que les garçons.

Des vacances qui posent des problèmes d’incivilité et de violence

Les premiers faits de violence issus de jeunes venant de banlieue dans les stations de sport d’hiver remontent à 2002. Le journal Le Parisien titrait alors « l’insécurité s’invite à la montagne ». Incivilités, hurlements, les sports d’hiver se démocratisent et le mélange de publics a du mal à fonctionner.

Le Figaro relate en 2007, des faits de violence grave à Châtel. Une scène digne des faits divers vécus tous les jours et subis par de nombreux français. 8 jeunes du 93 provoquent la panique dans la petite station en tabassant un skieur mais aussi en caillassant la police, en démolissant du matériel lorsqu’on leur annonce leur renvoi chez eux. Il faudra 38 policiers pour arrêter ces furieux.

La violence a sauté bien des pas et des étapes depuis les années 2000. Les situations vécues dans les stations sont donc à risque.

Il y a quelques semaines, une affaire de ce type fut médiatisée par un influenceur appelé « la flèche ». Issu de quartier prioritaire et ayant connu des vacances grâce à des organismes publics, il a offert la même chose à 4 jeunes de Rueil Malmaison ( qui n’est pas un quartier prioritaire). Agés de 16 à 20 ans, ils ont agressé gravement un touriste espagnol sur l’île grecque de Santorin. Ils ont été arrêtés. Il a été prouvé qu’ils avaient commis des délits tout le long du séjour.

Tout comme les autres actions et initiatives mises en place pour accompagner les jeunes de ces quartiers, ces vacances, offertes grâce à vos impots, ne seront qu’un sparadrap sur des difficultés structurelles graves qui semblent parfois irréversibles.

Crédit photo: DR

Le miroir du Nord, 2022. Dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentLe Louvre Lens à l’heure égyptienne
Article suivantFuite d’Hassan Iquioussen, une enquête quasi à l’arrêt

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici