Accueil Vie des médias Quand un journaliste du Figaro pense aux vacance de Bruno Le Maire...

Quand un journaliste du Figaro pense aux vacance de Bruno Le Maire mais pas aux Basques qui ne peuvent plus se loger

171
0

Lundi, le groupe militant basque EH Bai a occupé l’extérieur de la résidence de campagne de Bruno Le Maire, ministre de l’économie, des finances et de la relance. Ils voulaient alerter le ministre de la difficulté pour les Basques de se loger sur leurs propres terres. Ce type de manifestations a déjà eu lieu en Corse, en Bretagne, en Savoie, là où les résidences secondaires sont majoritaires.

Cette situation empêche particulièrement les plus jeunes habitants de pouvoir continuer à y vivre et les oblige à devoir se retirer plus à l’intérieur des terres. L’arrivée massive de personnes extérieures fortunées, propriétaires d’un bien occupé que quelques semaines à l’année a des conséquences dramatiques. EH Bai demande le déplafonnement de la taxe d’habitation sur les résidences secondaires (limitée à 60% sur la zone tendue de la côte basque) et pour la mise en place d’un statut de résident.

Comme annoncé dans la matinée, cette action symbolique, non violente aura eu une issue favorable. Les militants sont parvenus à obtenir un rendez vous avec la préfecture de région. Un premier pas vis à vis d’un combat bien lointain des préoccupations parisiennes.

Vincent Trémolet de Villers, journaliste, au secours de Bruno Le Maire

Cette situation aux conséquences connues pour la population locale n’a pas empêché de faire parler le très parisien Vincent Trémolet de Villers. Journaliste au Figaro depuis de nombreuses années, il y a créé Figaro vox notamment, il s’est offusqué de cette manifestation.

Celui qui est passé par moult médias parisiens comme LCI, Radio France et à la rentrée sur Europe 1 ne peut comprendre le désarroi vécu par ces militants et toute la population basque. D’ailleurs, aux dernières nouvelles, il habiterai un coin cossu de l’ouest parisien, proche de Versailles.

On n’a jamais entendu ce monsieur avoir la même compassion pour les français qui trouvaient leur bien immobilier squatté par des étrangers notamment. Entre gens de mêmes castes, on s’entend et on se défend.

Crédit photo: capture tweeter

Le miroir du Nord, 2022. Dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentPopulation active régionale : où est donc la valeur travail ?
Article suivantLe jour où le bébé de Cindy des Ch’tis faillit se noyer dans un spa

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici