Accueil Vidéos Robert Mallet-Stevens, à Croix et la manière

Robert Mallet-Stevens, à Croix et la manière

222
0

On dit de Robert Mallet-Stevens qu’elle est son chef-d’œuvre : la Villa Cavrois, au 60 avenue du Président-John-Fitzgerald-Kennedy à Croix. Initialement commandée par le ponte de l’industrie textile roubaisienne Paul Cavrois à l’architecte Jacques Gréber, ce dernier proposa un style néo-régionaliste, alors très en vogue en nos Pays-Bas français, à l’image du beffroi de l’hôtel de ville de Lille. Mais c’est finalement un autre architecte, le parisien Robert Mallet-Stevens, qui fut préféré après que l’industriel roubaisien eut découvert une autre de ses œuvres : la Villa Noailles de Hyères. 

Trois années de travaux furent nécessaires à l’édification de la demeure que Mallet-Stevens voulait comme une œuvre d’art totale. Si l’architecte avait carte blanche pour la réalisation de l’habitation jusque dans les moindres détails, il avait pour contrainte que le bâtiment doive accueillir une famille de neuf personnes dont sept enfants, auxquels les temps imposaient d’ajouter le personnel de maison. C’est à l’occasion des épousailles de Geneviève, fille aînée de Paul Cavrois, que la villa est inaugurée le 5 juillet 1932.

Cette mise en service de la villa aurait pu sonner le glas des activités de Mallet-Stevens dans la région. Mais il n’en fut rien. Parisien par son père Maurice Mallet, l’architecte conserve une ascendance bruxelloise par sa mère, fille du critique d’art Arthur Stevens. Aussi l’âme de la Flandre française ne lui est-elle pas tout à fait inconnue. Robert Mallet-Stevens accepte, en octobre 1935, le poste de directeur de l’école des Beaux-Arts de Lille.

Un parcours hors normes

La Villa Cavrois connaîtra bien des péripéties. Laissée à l’abandon et saccagée par des squatters, on put craindre le pire. Mais elle fut classée monument historique et acquise par l’Etat en 2001. Mais ceci est une autre histoire…

En ce dimanche ensoleillé, Le Miroir du Nord vous propose un documentaire de la Cinémathèque du Nord-Pas-de-Calais, intitulé Robert Mallet-Stevens, architecte du renouveau. Réalisé par Séraphin Ducellier, pour Camera Lucida, France 5 et C9, le documentaire présente les principales réalisations de l’architecte, à Hyères, Paris, Mézy-sur-Seine et Croix, bien évidemment.

Bon doc !

Crédit photo: capture youtube

Le miroir du Nord, 2022. Dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentAdolphe Assi, debout le Communard !
Article suivantJean Lassalle dans le Hainaut pour entendre le peuple en souffrance

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici