Accueil Culture Décibels à gogo au zénith de Lille

Décibels à gogo au zénith de Lille

150
0

Il était fortement déconseillé aux oreilles délicates de se rendre au zénith de Lille jeudi soir puisque quatre des acteurs majeurs du métal français s’y produisaient. Le concept, pensé de longue date et sobrement intitulé « le gros 4 », est intéressant puisqu’il repose sur une tournée de huit zéniths partout en France sans tête d’affiche, chaque groupe jouant une heure dans un ordre défini par tirage au sort à chaque date.

Se préparer à 4 concerts

Pour l’étape lilloise, on démarrait très fort avec Mass Hysteria. Vingt-cinq ans de carrière confèrent un savoir-faire certain à ce groupe qui a fréquemment cassé les codes de la musique métal et malgré l’acoustique médiocre de la salle associée à la taille inhérente à un zénith, le groupe parisien a littéralement mis le feu confirmant ce que je pense depuis plusieurs années, Mass Hysteria est le meilleur groupe français sur scène tous styles musicaux confondus. https://youtu.be/TWMx3PZgNOc

Le deuxième groupe à se produire était no one is innocent. Musique minimaliste (pour l’occasion, le groupe a su faire preuve d’innovation notamment sur l’album révolution.com en fusionnant métal et electro) mais diablement efficace, la prestation est réussie, on regrettera juste le discours politique trop récurant, surtout quand on ne le partage pas… https://youtu.be/Xg1in1G35Uk

Tagada Jones enchaînait avec son punk rock classique mais maîtrisé lui aussi bien teinté politiquement. Une prestation là aussi réussie et qui maintenait le zénith dans son état d’excitation initial. https://youtu.be/e1o9FwUGaMw

Ultra Vomit était chargé de la dernière partie. Ce groupe dénote dans l’univers du métal puisqu’il fait de la parodie son fond de commerce. On peut trouver ça affligeant ou puéril mais l’on est nombreux à trouver ça tout simplement drôle. Dés lors des morceaux aux paroles peu philosophiques alterneront avec des standards de la chanson française repris en mode hard rock à la plus grande joie du public. https://youtu.be/-w0qTvjydik Une bien bonne soirée au final surtout après cette période de disette qui nous a été imposée.

Crédit photo: wikipédia

Le miroir du Nord, 2022. Dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentPicasso à l’institut du monde Arabe à partir d’aujourd’hui
Article suivantLa France contrainte de céder ses possessions en Flandre au traité du Cateau-Cambrésis

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici