Accueil Économie Ca bouge à la brasserie du Pays Flamand

Ca bouge à la brasserie du Pays Flamand

241
0

La brasserie du Pays Flamand est connue internationalement. Déjà 2 prix de meilleure bière du monde pour l’Anosteké brassée à Merville. En 2016, c’est déjà championne en 2016 pour sa Anosteké Saison. La même année elle avait également remporté la victoire dans une sous-catégorie, l’American Style, avec sa bière Anosteké IPA. En pleine crise pour le secteur, le nouveau prix tombait bien. Cette fois, la victoire concernait la catégorie – pale beer – lors du prestigieux concours londonien des World Beer Awards 2021.

Brasser au féminin

Autant mêler bonne cause à l’agréable. La brasserie du Pays Flamand a rassemblé 22 femmes expertes en brassage de bière. Elles ont développé ensemble une nouvelle bière IPA légère (entre 3,5% et 5%) aux faibles amertumes. Venant de toute la France, cette expérience leur a permis de partager leurs expériences. 8 d’entre elles sont basées en Flandre:

  • Martine et Léa de la Brasserie de La Mousserie à Mérignies (59),
  • Angélique et Élie de la Brasserie lilloise de Roncq (59),
  • Élodie de la Brasserie Bellenaert de Bailleul (59),
  • Agathe de la Brasserie Roux houblon de Douai (59),
  • Aurélie de la Brasserie du Funquet d’Escœuilles (62),
  • Virginie, commerciale de la Brasserie Cambier à Croix (59).

Cette initiative va plus loin et a voulu profiter de la journée internationale des femmes pour sortir le brassin. Le but est de reverser 0,10 € par bouteille vendue à l’association d’origine américaine Pink boots society. Cette organisation à but non lucratif soutient les femmes travaillant dans la profession brassicole à travers le monde, en particulier dans la création de bières artisanales. Cette bière unique sera distribuée chez des cavistes spécialisés.

Participer à la protection de l’environnement

Cela peut paraître surprenant et pourtant. Les dirigeants de la brasserie souhaitent attirer du public par diverses moyens. Des ateliers style « repair café » sont organisés. Vous apprenez à réparer des objets du quotidien tout en finissant l’atelier par une dégustation d’une bière. Organisés tous les 3emes mercredi du mois, 5 ateliers se sont déjà tenus en collaboration avec le jardin des bennes, association située à Estaires.

La brasserie tient également à développer des vêtements à l’effigie de activité. Sweets et tee shirts mixtes, décontractés sont désormais vendus sur place ou sur internet. Comptez 45 euros pour un sweet et 25 euros pour un tee shirt en coton biologique, créés et imprimés dans la région.

Crédit photo: DR

Le miroir du Nord, 2022. Dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentDominique Sopo, l’antiracisme a bon dos… de chameau
Article suivantQuand Aymeric Lompret tente d’être drôle en parlant des migrants

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici