Accueil Minorités régionales Coopération culturelle entre la région et la communauté flamande…sans la langue flamande?

Coopération culturelle entre la région et la communauté flamande…sans la langue flamande?

212
0

En 2017, la région et la Communauté flamande de Belgique concluaient un accord pour renforcer la coopération culturelle entre les 2 communautés. Elles recherchaient alors 3 objectifs principaux:

  • Les mobilités et les échanges interrégionaux
  • Le soutien à l’émergence des nouveaux artistes
  • la coopération politique en inscrivant la coopération culturelle comme thématique majeure des relations transfrontalières, à travers une intervention conjointe auprès des instances locale, régionale, nationale et européenne.

Comme prévu dans la convention, la région a lancé un appel à projets au cours du premier trimestre 2021. 3 projets ont été subventionnés en novembre dernier pour un montant total de 30 525 euros.

Des projets au contenu léger

La description des projets financés est très succincte et effectuée en des termes très généraux

  • partenariat entre le FRAC et la triennale de Brugge. L’objectif est de « développer une réflexion commune transfrontalière autour de la thématique de l’art dans l’espace public. A travers des rencontres, ateliers, conférences, il s’agit de mettre en réseau des acteurs régionaux et flamands, de favoriser l’interconnaissance et de stimuler les échanges transfrontaliers ».

Le montant de la subvention n’est pas conséquente, 5000 euros. Était il vraiment indispensable d’aider une structure comme le FRAC qui est bénéficiaire de plusieurs centaines de milliers d’euros de la part de la région? Par exemple, lors du vote du budget 2021, le montant prévu était de 967 202 euros.

  • partenariat entre le réseau de structures de l’art contemporain « 50° nord » et l’association flamande Publiq. L’objectif est de développer la médiation culturelle pour les publics éloignés de la culture par « l’inclusion » . Une redite par rapport à tous les projets similaires financés. Ce sont 10 900 euros supplémentaires pour « l’inclusion »…
  • partenariat entre 5 associations culturelles dans le cadre du festival transfontalier NEXT. L’aide est destinée à développer un projet « IT IS A MATCH » qui a pour but de favoriser l’interconnaissance et les échanges entre les professionnels de la culture des deux côtés de la frontière. Le but est un échange de bonnes pratiques et de connaissances entre ces 5 structures. 20 000 euros sont attribués à cette initiative.

Les objectifs de ces projets financés ressemblent à des voeux pieux. Pas d’indication de date pour la concrétisation de ces projets qui ne trouvent pas écho dans les recherches sur internet. L’art contemporain n’est pas valorisé au mieux.

Où est la culture flamande?

C’est la grande énigme de cet appel à projets qui sur le papier pouvait de prime abord séduire les fervents de la culture flamande. Mais plusieurs indices et réalités allaient en sens contraire:

  • la convention signée en 2017 ne faisait aucunement mention de quelque exigence que ce soit vis à vis de la culture flamande. La seule préoccupation est que l’ensemble des documents soit rédigé dans les 2 langues. Aucune mention de la valorisation de la langue, aucun objectif posé quant à l’histoire de notre pays,
  • aucun projet ne développe d’action vis à vis du bilinguisme. Pire, un projet financé est en anglais « it is a match ». Le FRAC, pourtant situé proche de ses voisins flamands de l’autre côté de la frontière, ne propose son site internet qu’en anglais et français.
  • la coopération culturelle aurait pu porter sur des éléments d’histoire commune, les territoires concernés. il n’en est rien.

Et si tout cela n’était en fait qu’une nouvelle excuse pour financer le monde de la culture et de l’art contemporain? Les collectivités publiques soutiennent déjà ce domaine de la culture de manière excessive pour un résultat souvent décevant, voire inexistant.

Crédit photo: DR

Le miroir du Nord, 2022. Dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentLe destin tragique d’Antoine Renard, compositeur du Temps des cerises
Article suivantExposition Barry’s photography au musée d’Azincourt

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici