Accueil Société Infractions sexistes, la région en queue de peloton

Infractions sexistes, la région en queue de peloton

188
0

Décidément les études de l’INSEE sur les actes de violence mettent en exergue un souci prégnant dans la région. Nous vous informions, il y a peu, des résultats des actes de violence dans les transports. Le département du Nord et plus particulièrement la ville de Lille s’en sortent moins bien que certains départements de région Parisienne.

Toujours au cours du mois de janvier, l’INSEE a publié une nouvelle étude sur « les victimes des violences sexistes en France; approche croisée à partir des procédures enregistrées par les forces de sécurité en 2020 et l’enquête Cadre de vie et sécurité« . Cela concerne les femmes entre 15 et 64 ans.

Cette enquête se base sur les infractions enregistrées par les forces de l’ordre. Par conséquent, le nombre total d’infractions commises est bien plus importante. On estime qu’ 1 personne sur 6 seulement porte plainte dans le cadre de violences sexistes.

Une tendance à la hausse

L’étude distingue les violences que sont:

  • crimes et délits commis au sein du couple 1 qui représentent 71% des infractions,
  • crimes et délits à caractère sexuel (hors infractions dans le cadre conjugal)

L’année 2020 a connu un contexte particulier par ses confinements successifs. Cela a eu une influence sur les comportements des individus.

  • Les familles ont davantage vécu sous le même toit dans une ambiance parfois tendue. Les chiffres des violences au sein des couples ont augmenté.
  • Les sorties ont été moindres. Seuls les chiffres des atteintes à la vie privée et voyeurisme ainsi que les outrages sexistes ont évolué positivement. Les voyeurs étant plus présents à la maison ont davantage eu de possibilité de passer à l’acte. Quant aux outrages sexistes, comme le nombre d’actes enregistrés en augmentation, le phénomène #metoo a certainement influencé les femmes (90% concernées par ce type de violences) à davantage porter plainte.

Des chiffres inquiétants dans la région

Les chiffres sont le reflet de la situation sociale du Nord et du Pas-De-Calais. Les autres départements de la région Hauts de France ne connaissent pas une telle orientation.

Les taux sont de 8,4 pour 1 000 dans le Nord, de 7,9 pour 1 000 dans le Pas-de-Calais.

Concernant les violences hors cadre familial, alors que la région parisienne quitte la queue de peloton, nos 2 territoires connaissent toujours avec les DOM TOM des chiffres alarmants.

Crédit photo: pixabay

Le miroir du Nord, 2022. Dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentUn boulanger médiolanais à la Coupe du Monde de pâtisserie
Article suivantLa campagne présidentielle largement couverte dans la région

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici