Accueil Environnement TER: les conséquences de l’abandon de l’Etat sur la ligne Rang Du...

TER: les conséquences de l’abandon de l’Etat sur la ligne Rang Du Fliers – Amiens

243
0

On en apprend tous les jours sur le fonctionnement du TER dans notre région. Dernière information en date: l’absence d’électrification de la ligne Rang Du Fliers – Amiens. La conséquence de ce choix imposé par l’Etat: l’incapacité de faire circuler des trains de grande capacité.

Les usagers du TER Hauts de France font la circulation

Le message de Rémi Perrin donne un peu cette impression. Bienveillant comme à son habitude, le président du groupe « les usagers du TER Hauts de France3 donne un précieux conseil aux voyageurs de la ligne Amiens Paris.

Même si les voyageurs picards ne sont pas directement concernés par cette absence d’électrification de la ligne du Pas De Calais, ils sont pourtant bien impactés. Le scénario est simple: vous voulez vous rendre à Paris d’Amiens (imaginez le nombre de personnes sur le quai). Le train vient de la Côte d’Opale. Du fait d’une électrification manquante, le train ne peut accueillir que la moitié de voyageurs possibles au départ d’Amiens.

La solution réside dans les trains partant directement de la capitale picarde. Sans cela, votre voyage sera très pénible jusque Paris. Cela paraît assez invraisemblable que les clients du TER soient obligés d’écouter les conseils…d’usagers donc de clients.

Un sous investissement ferroviaire voulu par l’Etat Français

Comme cela devient monnaie courante pour des pans primordiaux de la vie des Français, l’investissement dans l’entretien du train est inexistant. Selon le site Statista, les dirigeants politiques auraient investi l’équivalent de 45 euros par français pour le ferroviaire en 2021.

Or, la France est le pays qui compte le 2eme plus grand réseau ferré d’Europe. Et pourtant, rien n’est fait pour l’entretenir et le moderniser. Ce sont surtout les territoires ruraux et les petites villes qui en font les frais. La solution des RER métropolitains a été évoquée par Emmanuel Macron mais comment pourrait elle être la panacée avec des choix politiques comme ceux ci?

La comparaison avec ses voisins européens fait froid dans le dos et montre des décisions incohérentes.

Les trois pays leaders en la matière sont riches, ces riches peuvent s’entendre. Ils ont fait des choix politiques pour y parvenir. Mais connaître des chiffres inférieurs à l’Italie ou l’Espagne est inquiétant.

Inquiétant encore plus quand on se remémore les grands discours de Clément Beaune, ministre délégué aux transports et d’Agnès Pannier-Runacher, ministre de la transition écologique. Tous deux ont affirmé miser sur le train dans la stratégie nationale bas carbone, feuille de route de l’Etat pour atteindre la neutralité carbone en 2050. Elle mise sur une augmentation de 27 % du trafic ferroviaire d’ici à 2030 et 79 % d’ici 2050.  

Entre parole et actes, le gouvernement d’Emmanuel Macron continue ses incohérences et ses choix toujours au détriment des français dits de « province ».

Crédits photo : DR

Le miroir du Nord 2022. dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentLOSC: les DVE interpellent joueurs et dirigeants sur la programmation inadaptée des matchs futurs
Article suivantSelon Arnaud Chiche, anesthésiste au CH d’Hénin Beaumont, la situation des hôpitaux est pire qu’en mars 2020

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici