Accueil Société Les tensions perdurent entre le conseil département du Nord et les acteurs...

Les tensions perdurent entre le conseil département du Nord et les acteurs de la protection de l’enfance

149
0

Depuis plusieurs mois, le secteur de la protection de l’enfance dans le département du Nord manifeste leur colère face à des moyens financiers qui seraient d’année en année de plus en plus restreints.

Une rencontre s’est tenue le 29 novembre dernier entre ces professionnels et dirigeants politiques de la collectivité. Mais cela s’est déroulé après une manifestation devant le siège du conseil départemental et forcément dans un climat de tension. 3h30 plus tard, la déception des professionnels de la protection de l’enfance était toujours présente. Depuis le situation s’est encore plus envenimée.

Des syndicats désabusés par l’après manifestation du 29 novembre

Trois syndicats avaient appelé à manifestation fin novembre devant les portes du conseil de Christian Poiret, président du CD 59. Outre Sud, on pouvait compter le syndicat de la magistrature et la section lilloise des avocats de France, secteurs professionnels également concernés par le sort des enfants placés.

En cause, des moyens jugés insuffisants alors que le nombre d’enfants placés augmente d’année en année. Marie Tonnerre- Desmet, Vice-présidente en charge de l’Enfance, Famille et Jeunesse, également maire de Neuville en Ferrain aura bien tenté de les rassurer. Ce sont en effet 1000 enfants qui seraient aujourd’hui non pris en charge par les services départementaux.

50 millions seraient prévus pour améliorer la situation des employés sociaux. Mais selon les syndicats, ce chiffre comprend le rattrapage financier obligatoire pour certaines professions dans le cadre du Ségur de la santé.

Des salariés menacés par les instances départementales?

Mais la situation serait encore bien plus grave. D’après le communiqué de presse publié par l’intersyndicale, le CD59 hausserait le ton vis à vis des contestataires.

Les conditions de travail de ces employés et la gestion de la protection de l’enfance dans le Nord sont une catastrophe. Il y a quelques semaines, un reportage de Zone Interdite mettait en avant les silences des services de la protection de l’enfance face à un couple accueillant un adolescent violent. Il avait fini par tuer la petite fille du couple de 22 coups de couteau. La directrice adjointe avait été fortement critiquée voire menacée sur les réseaux sociaux pour son comportement distant vis à vis de ce drame.

Pourtant, comme dans d’autres domaines touchant au social, le département est le plus concerné par le placement d’enfants. Pour pallier à des manquements, un contrat entre l’institution et l’Etat a bien été signé en 2019. Mais là aussi les syndicats avaient manifesté leur colère contre Christian Poiret qui selon eux avait supprimé 700 places dans les foyers en 3 ans. Ils avaient alors de nouveau battu le pavé.

Crédit photo : wikipédia

Le miroir du Nord, 2022. Dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentHondschoote: vivez les chants de Noël en flamand le 21 décembre
Article suivantAnnie Degroote, la Flandre point à la ligne

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici