Accueil Politique Enseignante pro-migrants menacée: Benjamin Lucas (NUPES) veut la dissolution de Reconquête

Enseignante pro-migrants menacée: Benjamin Lucas (NUPES) veut la dissolution de Reconquête

294
0

Nous vous rapportions hier que la sortie des élèves du lycée Watteau de Valenciennes dans un camp de migrants à Calais avait finalement été annulée. Cette initiative, dénoncée par le collectif parents vigilants proche d’Eric Zemmour, voyait en cette sortie un acte de propagande politique. La rectrice d’académie a mis en avant les menaces reçues par la professeure de philosophie par ailleurs militante pro-migrants. Selon la presse et les institutions publiques, ces menaces seraient causées par des militants d’extrême droite.

Le picard Benjamin Lucas demande au gouvernement d’envisager la dissolution de Reconquête

Benjamin Lucas est député des Yvelines. Mais il est aussi conseiller régional dans le groupe écologiste de Karima Delli. Il s’était présenté sur la liste du Nord pourtant lui picard de naissance. Il a enfin eu l’occasion de se rattacher à ce territoire par l’affaire du lycée Watteau.

Par un communiqué de presse publié ce matin, il demande la dissolution de Reconquête dont les membres, selon lui, seraient responsables de l’issue donnée à la sortie dite pédagogique à Calais.

Il demande une réaction rapide et ferme du gouvernement. Selon lui, Reconquête est un mouvement raciste qui n’agit pas de façon démocratique.

Un député qui revendique pourtant l’importance du débat

Appeler à dissoudre un mouvement politique revient à bâillonner les idées défendues par une partie de la population.

C’est exactement ce qu’a ressenti Benjamin Lucas lui-même lors de la mise en oeuvre du 6eme 49.3 par la première ministre, Elisabeth Borne. Cette possibilité constitutionnelle est utilisée fréquemment par le gouvernement afin d’accélérer le passage de plusieurs lois, sans que l’opposition puisse jouer son rôle. Il a dénoncé cette pratique qui empêche aux parlementaires de jouer leur rôle.

Cette intervention a été faîte seulement il y a deux jours, le 29 novembre, au micro de l’Assemblée nationale. Liberté, démocratie, oui mais pas pour tout le monde.

Quant à la défense des professeurs menacés, aucune réaction de cet élu face au corps enseignant éprouvé par les menaces des jeunes musulmans voulant porter des vêtements islamiques ou ne souhaitant pas participer au cours sur la laïcité. Benjamin Lucas a tout de même rendu hommage à Samuel Paty lors de sa mort, tout comme le 16 octobre dernier. Mais ne s’était pas ému qu’aucune aide ne lui ait été apportée alors qu’il subissait des menaces de mort avérées.

Benjamin Lucas s’était déjà illustré vis à vis d’attaques contre Eric Zemmour et la liberté d’expression. Il avait demandé l’instauration d’une taxe anti-Zemmour à la télévision.

La liberté d’expression de nouveau traitée à géométrie variable.

Crédit photo: DR

Le miroir du Nord, 2022. Dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentLa baguette entre au patrimoine de l’UNESCO. Qu’en est-il du secteur de la boulangerie dans la région?
Article suivantCorse: le milieu nationaliste visé par de nouvelles interpellations de la police française

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici