Accueil Culture Fêtez Samhain au Clos du Lutin à Beaumont en Cambrésis 

Fêtez Samhain au Clos du Lutin à Beaumont en Cambrésis 

190
0

Ce weekend précède la fête catholique de la Toussaint. Célébrée le 1er novembre, l’Église catholique y honore tous les saints, connus et inconnus. Mais la nuit qui précède est celle de Samhain. Nous préfèrerons parler de Samhain que d’Halloween qui sera fêté partout dans la région. Cette fête celte d’origine païenne rend hommage aux morts au cours d’une nuit dite des ténèbres.

Fêtez Samhain au clos du lutin, lieu unique consacrée à la nature

Dimanche en fin d’après-midi, le Clos du lutin propose une animation sympathique au plus proche de nos racines européennes. D’ailleurs le lieu géré par Philippe Duriez y répond bien. Ce maraîcher vit avec le minima, au rythme des saisons avec un confort spartiate. Son souhait est de réduire son activité pour respecter l’environnement.

Pour faire découvrir ce lieu unique, rien de tel que des portes ouvertes aux petits et grands. « Une porte ouverte sur l’Autre monde, venez célébrer au Clos du Lutin la transition de la période claire à la saison sombre. »

Informations pratiques:

  • Allée du Bois de Clermont, accès via Béthencourt. N’hésitez pas à grimper dans le bois pour accéder à la maison située en pleine prairie.
  • A partir de 17 heures
  • Gratuit, casse-graines offert.

Nous profitons de cette période pour vous partager ce poème partagé sur la page facebook de l’Institut Iliade

Le secret de la vie

Le secret de la vie est dans les tombes closes :

Ce qui n’est plus n’est tel que pour avoir été ;

Et le néant final des êtres et des choses

Est l’unique raison de leur réalité.

O vieille illusion, la première des causes !

Pourquoi nous éveiller de notre éternité,

Si, toi-même n’étant que leurre et vanité,

Le secret de la vie est dans les tombes closes.

Hommes, bêtes et Dieux et monde illimité,

Tout cela jaillit, meurt de tes métamorphoses.

Dans les siècles, que tu fais naître et décomposes,

Ce qui n’est plus n’est tel que pour avoir été.

A travers tous les temps, splendides ou moroses,

L’esprit, rapide éclair, en leur vol emporté,

Conçoit fatalement sa propre inanité

Et le néant final des êtres et des choses.

Oui ! sans toi, qui n’es rien, rien n’aurait existé :

Amour, crimes, vertus, les poisons ni les roses.

Le rêve évanoui de tes oeuvres écloses

Est l’unique raison de leur réalité.

Ne reste pas inerte au seuil des portes closes,

Homme ! Sache mourir afin d’avoir été ;

Et, hors du tourbillon mystérieux des choses,

Cherche au fond de la tombe, en sa réalité,

Le secret de la vie.

Charles-Marie Leconte de Lisle

Crédit photo: clos du lutin

Le miroir du Nord, 2022. Dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentCorse: la pression des associations de défense des prisonniers aboutit au vote d’une résolution par l’assemblée
Article suivantL’église de Vendeville, important centre de pèlerinage à Sainte Rita

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici