Accueil Société Zone interdite sur l’aide sociale à l’enfance, choquante intervention de la directrice...

Zone interdite sur l’aide sociale à l’enfance, choquante intervention de la directrice adjointe du Nord

507
0

Le département du Nord comptabilisait 6800 enfants en 2019, un record national. Les conditions sociales expliquent ce chiffre alarmant. L’aide sociale à l’enfance (ASE) intervient donc dans la vie de ces enfants jusqu’à leur majorité. Mais la gestion de ces services est dénoncée depuis des années. En 2019, l’émission pièces à conviction avait jeté le pavé dans la marre. Adrien Taquet, secrétaire d’Etat chargé de la protection de l’enfance avait tenté alors de réagir.

Un adolescent placé dans une famille du Nord tue une petite fille, pas de réaction de la directrice adjointe

Mais force est de constater que les résultats sont insuffisants. L’émission Zone interdite a enquêté récemment sur le fonctionnement de l’ASE et les constats font froid dans le dos. Services débordés, enfants placés à l’hotel, enfants disparus, finances qui explosent, la qualité des activités est catastrophique. L’émission a été diffusée dimanche et a notamment mis en exergue la situation d’un couple de Mairieux dans le Nord livré à eux mêmes avec un adolescent violent qui a fini par tuer leur petite fille de 2 ans et demi. Ils adressent message sur message, de nombreux courriels et mails. Mais face à eux et leurs nombreuses remontées des agissements du garçon, le silence de toute une institution.

Le pire survient et Alain repêche le corps de sa petite fille dans un court d’eau lardé de 22 coups de couteau.

Le couple n’a pas été accompagné non après le drame. Lorsque le journaliste interroge la directrice adjointe de l’ASE du Nord, c’est l’effroi pour les téléspectateurs. Sa réaction est froide, elle s’essaie même à un sourire et ment ouvertement à la caméra. Elle indique ne pas avoir le même dossier que celui constitué par le couple meurtri ( à partir de 1min35)

Nombre d’internautes ont exprimé leur colère et leur dégoût face à la réaction d’Alexandra Wierez, qui outre sa méconnaissance du dossier, manifeste ouvertement son dédain vis à vis de la situation. Aucune faute n’a été reconnue de l’administration. Elle-même est toujours en poste tout comme la référente du couple.

Les professionnels confirment une prise en charge insuffisante du conseil départemental du Nord

Olivier Treneul, travailleur social et représentant du syndicat Sud était invité ce matin sur BFM Grand Lille. Il met également en cause le conseil départemental et son président Christian Poiret.

La protection de l’enfance est en réelle souffrance et ne semble pas faire partie des priorités du département. Et ce depuis des années. Le même syndicat SUD manifestait pour la 1ere fois en décembre 2018 pour dénoncer les conditions inadmissibles dans lesquelles vivaient les enfants.

Pourtant, comme dans d’autres domaines touchant au social, le département est le plus concerné par le placement d’enfants. Pour pallier à des manquements, un contrat entre l’institution et l’Etat a bien été signé en 2019. Mais là aussi les syndicats avaient manifesté leur colère contre Christian Poiret qui selon eux avait supprimé 700 places dans les foyers en 3 ans. Ils avaient alors de nouveau battu le pavé.

Karl Zéro, dans le dernier numéro de l’envers des affaires », a évoqué le cas d’Anthony Lambert, âgé de 17 ans. Sa famille fait tout pour comprendre les dernières heures de sa vie. L’institution est muette.

Les enfants sont ce qu’il y a de plus précieux, mais quand des dirigeants politiques ne font rien pour les protéger, c’est un peu le pays qui meurt.

Crédit photo: M6

Le miroir du Nord, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentMeurtre de Lola: pour Gérald Darmanin, l’indécence est la récupération politique
Article suivantLouis Lebrun, l’architecte douaisien de l’expédition Baudin

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici