Accueil Société TER: le plan de transport allégé vous promet des mois futurs difficiles

TER: le plan de transport allégé vous promet des mois futurs difficiles

614
0

Les lignes du plan de transport allégé (PTA) Hauts de France pour le TER ont fuité. Et elles vont faire grincer les dents de beaucoup d’usagers du train régional. Franck Dhersin, vice-président de la région aux transports s’est exprimé à ce propos sur twitter.

Ce plan qui serait imposé par la SNCF prévoit une centaine de trains supprimés pour les prochains mois. Et cela pourrait durer jusque fin 2023. Voici les suppressions de trains impactant le Nord et le Pas De Calais selon le site SNCFVAMTUER:

La Picardie est beaucoup plus impactée. Si les trains encore à disposition ne sont pas renforcés en nombre de places, ils seront bondés. Or, régulièrement, les trains longs sont des courts et les voyageurs voyagent debout.

Des suppressions de trains régulières depuis le début de la crise sanitaire

La convention TER signée entre la région et la SNCF en octobre 2019 connaît des perturbations depuis son démarrage. Les rapports de force tendus entre Xavier Bertrand et l’institution de transports n’y font rien, et à la fin c’est toujours la SNCF qui fait comme elle le veut. La région lui a même coupé les vivres à plusieurs reprises, sans résultat pour les voyageurs. Trains en retard, supprimés aléatoirement, le respect de la règle des 3 A est loin d’être satisfaisant (assis, à l’heure, averti).

Mais cette situation a atteint un pic lors de la crise sanitaire. Plans de transport successifs revus de manière imparfaite, certains trains n’ont jamais plus été programmés. Cette évolution, ce sont surtout les voyageurs des petits villes et campagnes qui l’ont particulièrement subie. La SNCF indiquait que beaucoup de ses agents étaient malades ou devaient garder leurs enfants. Aucune solution de substitution n’avait été trouvée. Il était promis un recrutement de masse d’agents conducteurs, plus de 250 personnes sur 2021 et 2022. Mais cela semble insuffisant. Et comme le signale un agent SNCF sur facebook, une formation d’un an est nécessaire pour devenir conducteur de train. D’où des problèmes à venir jusque fin d’année 2023.

Or Jérôme Bodel, patron du TER Hauts-de-France depuis lundi 5 septembre, avait indiqué une situation passagère uniquement durant l’hiver 2022/2023.

La situation quasi unique des Hauts de France en contradiction avec les recommandations environnementales?

Ce plan de transport allégé serait une situation hors norme vis à vis du reste du territoire. Mis à part l’Ile de France qui subira la même punition, aucune autre région ne supprimerait autant de trains.

Cette situation va davantage accentuer l’éloignement des habitants des villes secondaires et des campagnes des moyens de transports. Il leur restera alors que la voiture pour se déplacer. Bien en contradiction avec les discours ambiants des politiques parisiens déconnectés de la vraie vie. Les usagers concernés, devant à la base prendre le train, ne sont pas ceux qui pourront acquérir facilement une voiture électrique ou un véhicule thermique moins polluant.

Il n’est pas facile de se déplacer en ce moment même si on veut respecter les encouragements à la mobilité hors voiture.

Ce pays dans lequel prendre le train décourage faute de moyens et d’anticipation et dans lequel vous ne trouvez plus d’essence pour aller simplement travailler n’est il pas en train de virer à la tiersmondialisation?

Crédit photo: wikipédia

Le miroir du Nord, 2022. Dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentBaisieux, ville pionnière de la fabrication du Balatum
Article suivantLe père Jean-Paul Argouarc’h insulté de « sale curé » et agressé à une station-service

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici