Accueil Économie Emploi au 2eme trimestre 2022: évolution en berne dans le Nord Pas-De-Calais

Emploi au 2eme trimestre 2022: évolution en berne dans le Nord Pas-De-Calais

118
0

Le 30 septembre, l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) publiait les derniers chiffres de l’emploi. Force est de constater que la région subit un frein d’activité par rapport à d’autres territoires.

Une évolution quasi nulle depuis plusieurs trimestres

La carte de France des estimations trimestrielles d’emploi salarié au 2ᵉ trimestre 2022 et les évolutions par grand secteur d’activité est significative. Elle est particulièrement parlante pour le département du Nord.

capture écran site INSEE

Avec une évolution de 0,1% de l’emploi salarié, le département du Nord est relégué dans les derniers du classement national. Le Pas-De-Calais connaît une situation un peu plus favorable avec un gap de 0,3%. A noter que les chiffres de la région administrative des Hauts de France sont plombés par les départements de Picardie. L’Aisne connaît même une évolution négative (-0,1%).

Cette trajectoire persiste depuis 3 trimestres.

Lien avec les chiffres du chômage?

A la même date, l’INSEE a publié les chiffres du chômage. Bien qu’encore provisoires, ils dessinent une tendance nationale où une fois encore la région apparaît en difficulté.

Encore une fois, le Pas-De-Calais s’en sort mieux avec un taux de chômage de 8,6%. Le taux du Nord grimpe à 9,4%. Mais dans tous les cas, le chômage progresse. Il était de 8,2% dans le Pas-De-Calais et de 9,3% dans le Nord.

Des entreprises qui ne parviennent pourtant pas à recruter

Cela peut étonner au vu des constats opérés par les entreprises qui ne parviennent plus à recruter correctement depuis le début de l’année. On peut en déduire que des postes sont disponibles. Mais la crise sanitaire est passée par là et a modifié le mode de travail de beaucoup de salariés. Télétravail, reconversion, mi-temps, les volontés des travailleurs ont évolué ainsi que leurs exigences.

A noter qu’en mars 2020, juste avant la crise sanitaire, la chambre de commerce indiquait déjà des problèmes rencontrés par les chefs d’entreprise pour recruter. Et cela se manifestait déjà dans le secteur des bars et restaurants. 75% des salariés de cette branche indiquaient leur manque de motivation, pour 59% d’entre eux, les postes étaient trop pénibles.

Autre constat, les métiers à fort potentiel technique ou industriel subissent une situation encore plus dramatique. La région continuerait elle à subir une fuite des cerveaux? Peu de candidats sont identifiés dans les métiers qualifiés de l’informatique et la production industrielle.

Les actions de formation accélérées depuis quelques années n’ont pas eu l’effet d’aubaine attendu. La situation est encore plus délicate à ce jour.

Crédit photo: capture twitter

Le miroir du Nord, 2022. Dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentRépartition des migrants en campagne : Emmanuel Blairy, interpelle le gouvernement
Article suivantGastronomie médiévale au centre historique d’Azincourt

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici