Accueil Sports Lorient-LOSC: une défaite au goût amer

Lorient-LOSC: une défaite au goût amer

129
0

À l’occasion du match de 13h, le Losc se déplaçait dimanche sur la pelouse de la surprenante équipe de Lorient dont la troisième place au classement témoigne du très bon début de championnat. Les merlus restaient ainsi sur quatre victoires consécutives. De son côté, Paulo Fonseca ne déplorait plus aucune absence au sein de son groupe, une première cette saison. Il gardait une défense classique. Chevalier dans les buts, Fonte – Tiago Djalo en charnière centrale, Diakité et Ismaily se trouvait sur les côtés. Jonas Martin était pour la première fois de la saison titularisé dans l’entre jeu aux côtés d’André. Tandis que pour le secteur offensif étaient alignés Bamba, Angel Gomes et Ounas en soutien de David.

Un match placé sous l’offensive

Les deux équipes tournées vers l’avant vont nous offrir une très belle confrontation. Dés la quatrième minute, Chevalier est sollicité par une belle frappe de Ponceau sur laquelle il se couche bien. Quatre minutes plus tard, c’est au tour d’Ounas de briller. Mais son raid au sein de la défense bretonne se conclut par un tir qui passe juste à côté du cadre. L’action suivante fait mouche côté lorientais. Alors que Fonte se fait soigner sur la touche, Diarra lancé sur la droite centre fort, Chevalier est à la parade mais relâche le ballon sur l’infortuné Diakité qui marque contre son camp. Les dogues ne se laissent pas pour autant abattre. Successivement la tête lobée de Diakité oblige Mvogo, le portier merlu, à claquer la balle au dessus de sa barre, Ounas lance David, c’est un peu trop profond. Ounas, omniprésent, propose un centre dangereux contré en corner.

À la demi-heure de jeu, la rencontre s’emballe avec en deux minutes. Un bon centre de LeGoff dévié du bout des doigts par Chevalier devant les attaquants bretons qui sont prêts à conclure. Puis une belle frappe de David est sauvée d’une superbe parade par Mvogo. Peu avant la mi-temps, Lille met encore la pression avec trois corners successifs dont l’un trouve le poteau avant qu’Ounas se mette encore en évidence.

Si le Losc a mis une pression telle en cette première mi-temps que les lorientais ont été forcés de reculer, ce sont bien ces derniers, très véloces à chacune de leurs opportunités offensives qui virent en tête.

La seconde période repart sur les mêmes bases. Cabella, rentré à la mi-temps est le premier à se mettre en évidence avant que Chevalier, de l’autre côté, ne mette en échec la frappe tendue de Moffi. La partie va basculer peu après l’heure de jeu. Ouattara, coupable d’avoir accroché Ounas qui s’infiltrait sur la droite, reçoit un second carton jaune synonyme d’expulsion.

Le LOSC profite de lorientais mis en difficulté

Dés lors, les dogues, déjà plutôt maîtres de la balle, vont encore accentuer leur pression. David fait frissonner le Moustoir puis trouve la barre transversale du gauche. C’est ensuite Ounas qui tire juste à côté Logiquement. Le Losc finit par trouver la faille par l’intermédiaire de David qui reprend tranquillement le centre de Bamba bien lancé par Ounas. Les opportunités s’enchaînent. L’on se dit que les bretons vont avoir du mal à tenir jusqu’à la fin du match. C’est mal connaître Théo Le Bris.

3 dernières minutes fatales

À trois minutes du terme, le neveu de l’entraîneur lorientais réalise un exceptionnel double contact qui élimine Zedadka et s’en va tromper Chevalier d’une frappe entre les jambes que le jeune portier nordiste ne peut que légèrement dévier. Cet incroyable coup du sort scelle le destin de cette partie malgré Ismaily qui, pourtant seul dans la surface, place sa tête à bout portant sur le gardien des merlus puis deux têtes de Fonte dans les arrêts de jeu qui passent au-dessus.

Le Losc revient donc bredouille de son déplacement en Bretagne alors que le point du match nul aurait plus reflété cette opposition. Les Lillois ont dominé les débats (63% de possession de balle, 14 corners à 0 !), surtout à partir du moment où ils se sont retrouvés en supériorité numérique, mais ont encore pêché par manque de réalisme offensif (vingt tirs pour seulement quatre cadrés, deux montants trouvés). La défense lilloise a également été souvent mise en difficulté par la vivacité des attaquants lorientais. Cette équipe propose de beaux enchaînements à chacune de ses récupérations et se projette rapidement vers l’avant sans attentisme. Exactement ce qu’il faut pour mettre en difficulté une charnière lilloise solide mais statique.

Le très beau spectacle proposé dimanche ne suffira pas à effacer la frustration des dogues mais il faudra pourtant vite se remettre de cette désillusion, c’est le derby dimanche prochain!

Pierre Pillerault

Crédit photo: capture twitter

Le miroir du Nord, 2022. Dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentCorse: l’état français continue les provocations
Article suivantXavier Bertrand se prend les pieds dans le tapis vis à vis des Républicains

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici