Accueil De l'autre côté de la frontière Flandre: j’ai mal à mon Eglise

Flandre: j’ai mal à mon Eglise

274
0

Les représentants de l’Eglise catholique sont souvent critiqués par une partie de leurs fidèles à cause de prises de positions progressistes sur les questions sociétales. De l’autre côté de la frontière, les pratiques n’y sont pas meilleures. Illustrations avec 2 exemples récents qui peuvent expliquer une des causes de la crise de l’Eglise.

Reconnaissance de la bénédiction des couples homosexuels

Cette semaine, le cardinal belge Jozef De Kesel soutenu par l’ensemble de l’épiscopat flamand de Belgique a publié une liturgie en faveur de la bénédiction des couples homosexuels. Cette décision n’est que le prolongement voulu par le Pape François lui-même. Dans une exhortation de 2015, le pape expliquait que « toute personne, quelle que soit son orientation sexuelle, doit être « respectée dans sa dignité et accueillie avec respect ».

Bien que ne reconnaissant pas une relation homosexuelle durable comme un mariage religieux, ils considèrent qu’elle peut être « une source de paix et de bonheur partagé ».

Un établissement scolaire catholique géré par un musulman

Ça se passe à Malines et ça a fait grincer les dents de beaucoup de concitoyens flamands. Hamid Riffi est devenu le directeur de l’Institut catholique Sheppers. Marocain d’origine, il ne cache pas être musulman et dit partager les mêmes valeurs que la religion catholique. Certes, il est ancien élève de cette école mais cela fait mauvais genre.

« Je n’ai pas été recruté parce que je suis Marocain ou musulman. Il y avait plusieurs candidats à ce poste, et j’ai été embauché en raison de mes capacités d’enseignant et de gestionnaire. C’est sur ça que je veux être jugé ». Le discours est lissé et se veut positif.

Quant à se demander si l’inverse pourrait se produire? Le média d’information des musulmans n’y voit aucun problème. Les rédacteurs en profitent pour montrer leurs griffes en critiquant les autorités françaises : « Nul besoin de spécifier que ce n’est pas en France que cette nomination inédite, voire iconoclaste, a pu avoir lieu, mais à côté de chez nous, en Belgique« .

Crédit photo : wikipédia

Le miroir du Nord, 2022. Dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentI-Média n°411 – Callac : la Bretagne GRAND-REMPLACÉE
Article suivantBierne : un T.G.V. lancé à 130 km/h percute une goudronneuse

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici