Accueil Environnement L’incohérente tribune libre de Patrice Vergriete sur l’environnement

L’incohérente tribune libre de Patrice Vergriete sur l’environnement

70
0

La semaine dernière, Patrice Vergriete, maire de Dunkerque, signait dans le journal l’Opinion une tribune libre. Celle ci peut étonner par ses propos et ses suggestions. Portant le titre «Pas de planification écologique sans démocratie», elle fait résonner immédiatement le débat qui dure depuis des années, celui du parc éolien en mer au large de Dunkerque. Des mots choisis qui feraient presque oublier le cheminement de ce projet qui rencontre une opposition ferme jusqu’au delà des frontières.

Une préoccupation accrue pour la planète alors que les éoliennes en mer sont une source de pollution connue

A plusieurs reprises, Patrice Vergriete parle de la planète avec une grande bienveillance; extraits.

  • « Chaque décision doit dorénavant systématiquement tenir compte des limites physiques de la planète. »
  • « si le dérèglement climatique est au centre des attentions, il n’est qu’une des conséquences de l’anthropocène : effondrement de la biodiversité, destruction des écosystèmes, artificialisation des sols, perturbation du cycle de l’eau, pollutions chimiques »
  • « expliquer que le monde est fait de limites physiques dont le franchissement menace la vie des humains sur Terre »

Tout cela semble incohérent vis à vis des conséquences des éoliennes qui pointeront normalement dans quelques temps le bout de leurs pâles. Plusieurs études scientifiques mais aussi des expériences terrain prouvent les méfaits pour la faune et la flore mais aussi pour les fonds marins de l’enfouissement des éoliennes. Dans le documentaire « le vent du mensonge », les effets sont déjà largement ressentis au Tréport particulièrement pour les pêcheurs. La pêche traditionnelle se meurt laissant une place unique aux grandes exploitations.

L’association Vent Debout partage régulièrement ce visuel qui en quelques chiffres rappelle la réalité des effets destructeurs de ces monstres de fer par opposition à l’énergie nucléaire.

capture Vent Debout

Situé à 10 kilomètres des côtes, il est le projet situé dans l’hexagone le plus proche de celles ci. Idem pour leur hauteur de 300 mètres, les classant avec l’envergure la plus visible.

Un respect de la démocratie sans tenir des citoyens opposés au projet d’éolien en mer

Là aussi, la lecture de la tribune laisse perplexe. L’édile a véritablement pratiqué un véritable déni de démocratie; extraits.

  • « Chaque politique publique doit désormais garantir la qualité de vie quotidienne des habitants et préserver notre avenir sur la planète »
  • « Démocratique, ensuite, car les injonctions imposées par le « haut », au niveau national ou local, ne fonctionnent pas »
  • « il n’y aura pas de transformation réelle sans un débat démocratique »
  • « Ce débat doit être précédé d’une information massive de la population sur les causes, les conséquences et les enjeux liés aux bouleversements à l’œuvre »
  • « Seul un « grand débat » décentralisé, alliant cette fois-ci la parfaite information de la population et la prise en compte de son expression, peut permettre la refondation de notre société autour de nouvelles solidarités. »

Quid de sa considération pour les 19 000 signatures récoltées par l’association Vent Debout demandant l’arrêt de ce projet? De plus le sens de cette tribune semble bien antagoniste avec le refus de tenir un referendum ou au moins une consultation locale. Cela aurait clarifié le choix des habitants vis à vis de ce projet et leur expression aurait été respectée.

Déni de démocratie français jusqu’en Belgique

Pensons également aux voisins belges qui ont découvert cette future implantation d’éoliennes alors que le projet était déjà validé côté français. Patrice Vergriete ne s’en est pas offusqué. Or, celui ci a des conséquences multiples de l’autre côté de la frontière. Les dirigeants politiques belges ont déposé 2 plaintes contre celui ci.

Outre ces considérations qui laissent perplexe, celui qui aura soutenu bec et ongle Emmanuel Macron pendant la présidentielle, semble plus modéré dans son enthousiasme. Peut être le fait de ne pas avoir été intégré au ou gouvernement? Ou serait ce là aussi tout comme Xavier Bertrand ou Renaud Muselier l’impression de s’intéresser à l’échelon local et aux territoires?

Crédit photo : wikipédia

Le miroir du Nord, 2022. Dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

S’abonner

Article précédentJérémy Lorca, un avionnais Bon à marier sur les planches parisiennes
Article suivantLe Louvre Lens à l’heure égyptienne

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici