Accueil Minorités régionales Six mois après la mort d’Yvan Colonna, quelle situation politique en Corse...

Six mois après la mort d’Yvan Colonna, quelle situation politique en Corse ?

138
0

Il y a 6 mois jour pour jour, Yvan Colonna décédait de la tentative de meurtre perpétrée par le djihadiste Franck Elong Abé. Durant le mois de mars 2022, l’île s’était embrasée à plusieurs reprises sous le coup de la colère des Corses particulièrement des plus jeunes d’entre eux.

Derrière le discours de Gérald Darmanin appelant à une certaine autonomie, que reste t’il de ces 6 derniers mois ? La situation politique a t’elle évolué ? Les Corses qui votent majoritairement our les campas nationalistes ont ils été entendus par le pouvoir jacobin ?

Ghjuventù Libera à la tête d’une manifestation ce jour à Bastia

Sans conteste, Yvan Colonna est dans les coeurs et les têtes des Corses. Les réseaux sociaux continuent d’être les relais de simples anonymes mais aussi évidemment de militants. Le mouvement indépendantiste étudiant Ghjuventù Libera, allié de Corsica Libéra, organise une manifestation devant la préfecture de Bastia à 18 heures. Outre les revendications habituelles, la vérité dans le dossier de la mort du berger Corse est désormais la priorité.

Le discours est direct : les militants indépendantistes n’attendent rien de l’Etat Français. Selon eux, comment ceux qui sont responsables de ce drame pourraient reconnaître leurs responsabilités ?

Elle est évidemment soutenue par Corsica Libera.

Un processus à reculons entre gouvernement et dirigeants autonomistes

Si les indépendantistes, par la voie de Corsica Libera, sont aussi actifs, c’est qu’ils estiment que les relations entre Paris et les dirigeants Corses sont à la traîne. Lors des journées internationales de Corté, Josepha Giacometti Piredda, seule élue à l’assemblée de Corse et Petru Antone Tomasi, cadre du mouvement portaient déjà ce discours.

Les belles paroles de Gérald Darmanin quant à un statut d’autonomie semblent bien loin. Le 16 septembre, lors d’une réunion avec les élus corses, il a évoqué l’assassinat d’Yvan Colonna mais sans évoquer d’avancée institutionnelle. Des discussions ont eu lieu quant à l’étude comparée des statuts d’autonomie.

Insuffisant pour les indépendantistes.

Gilles Simeoni est mis sous pression entre les indépendantistes qui ne digéreront pas leur exclusion d’un groupe de coalition lors des élections régionales. Mais aussi vis à vis de la population Corse qui attend des avancées et est favorable à plus de pouvoir. L’autonomie semble bien loin, tout comme un début d’explication sur les réelles circonstances de la mort d’Yvan Colonna.

Crédit photo: 

Le miroir du Nord, 2022. Dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentLe lieutenant Eric Robbe meurt accidentellement en Arabie Saoudite
Article suivantElection du président du RN: Louis Aliot en déplacement dans le Nord Pas-De-Calais ce week end

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici