Accueil Sports Champagne pour le Racing Club de Lens !

Champagne pour le Racing Club de Lens !

70
0

Tout va bien pour le Racing ! Après un match nul à Reims et une victoire contre Troyes, les Sang et Or occupent la 3ème place du classement de Ligue 1. Retour sur ces deux rencontres.

Après son brillant succès 5-2 contre le FC Lorient, pourtant l’une des belles surprises du début du championnat, le RCL se déplaçait à Reims le 4 septembre. Hélas, le grand acteur de la rencontre ne fut autre que l’arbitre, Eric Wattellier, qui avait déjà fait des siennes lors de la saison 2020/2021 à l’occasion d’un match entre les deux formations.

Commençons toutefois par le commencement, c’est à dire l’entame de match sérieuse des Rémois. S’ils étaient privés de ballons par les hommes de Franck Haise, ils tentaient de profiter de la moindre opportunité pour apporter le danger dans le camp lensois. Folarin Balogun, attaquant prêté par Arsenal et auteur d’un excellent début de saison, se créait plusieurs occasions franches et ouvrait même le score à la 66ème minute suite à une perte de balle de Florian Sotoca, une contre attaque éclaire et un petit cafouillage devant le but de Brice Samba.

L’arbitrage saborde (encore) un match de Ligue 1

Ce but intervenait cinq minutes après l’expulsion directe de Deiver Machado, le colombien du Racing ayant bousculé un attaquant rémois qui venait de recevoir un bon ballon.

Un rouge sévère puisque Machado n’était pas dans le rôle du « dernier défenseur » mais pas scandaleux s’il n’était qu’un fait isolé.

A la 82ème minute, pourtant, Loïs Openda égalisait suite à un centre effectué par Jean Onana – la dernière recrue du mercato estival – et une bonne remise de la tête de Florian Sotoca.

Le scénario donnait des idées aux lensois, qui avaient déjà réussi à empocher la victoire dans cette enceinte dans les arrêts de jeu quelques mois plus tôt, mais le scénario serait hélas davantage semblable à celui de la saison précédente. Le 13 février 2021, Seko Fofana avait été fauché dans la surface de réparation par le gardien rémois devant les yeux de Monsieur Wattellier mais celui-ci avait sifflé la fin du match au lieu de siffler pénalty ou au moins de faire appel à l’assistance vidéo. Rebelote cette année, c’est cette fois Openda qui se faisait découper dans la surface sans que les arbitres ne s’en émeuvent. Notons donc en plus de celle de Monsieur Wattellier la responsabilité de Stéphanie Frappart, qui officiait à la VAR et n’a pas bronché.

Considérée comme la meilleure arbitre féminine du monde, sélectionnée pour la prochaine Coupe du Monde, Madame Frappart désespère pourtant les amateurs de football chaque week-end, multipliant les erreurs et sévissant souvent à contre-courant.

Malgré tout, le Racing aurait pu connaître sa première défaite face à Reims mais a su puiser dans ses réserves pour rentrer avec un bon point et poursuivre sa série d’invincibilité.

« L’important c’est les Troyes points ! »

Cette série était à nouveau menacée le 9 septembre par une équipe champenoise, l’ESTAC.

Si Troyes n’est pas le nom le plus ronflant de la Ligue 1, loin s’en faut, le club aubois pose malgré tout de nombreuses difficultés à ses adversaires depuis le début du mois d’août. Notons par exemple son succès 4-2 à Monaco.

Face à Lens, l’ESTAC a pourtant proposé un système de jeu bien différent : ultra-défensif, à la limite de l’anti-jeu.

Face à deux blocs de cinq joueurs, les Lensois se sont souvent cassés les dents mais ont réussi à débloquer la situation à la 39ème minute de jeu suite à un coup franc tiré par Przemysław Frankowski et repris de la tête par Kevin Danso. La puissance du défenseur autrichien du Racing ne laissait aucune chance aux Troyens.

Avant ce but, la situation la plus dangereuse avait été menée par Jonathan Gradit, finalement violemment poussé par un défenseur Troyen à l’entrée de la surface de réparation. Une faute évidente non sanctionnée, et l’on ne pourra pas accuser le défenseur lensois de simulation puisqu’il devait sortir sur blessure dans la foulée. Les examens menés un peu plus tard dans la soirée révéleraient une fracture de la clavicule, impliquant une absence de plusieurs mois pour celui qui est l’un des cadres de l’effectif depuis 3 ans. Voilà le premier coup dur de cette saison 2022/2023.

L’ouverture du score lensoise réveillait quelque peu les Troyens qui entraient enfin dans la zone de terrain adverse, mais Lens peut désormais compter sur un gardien solide et efficace en la personne de Brice Samba qui intervenait sans soucis à chaque fois.

Malgré de très nombreuses tentatives lensois – l’inefficacité, comme à Reims, ayant été le point noir  – et quelques percées des Troyens, plus rien ne serait marqué et le Racing tenait donc sa cinquième victoire en sept journées. Un bilan exceptionnel plaçant le club sur le podium avant le prochain match prévu dimanche 18 septembre à Nantes.  

Luc Legru

Crédit photo: wikipédia

Le miroir du Nord, 2022. Dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentC’est la rentrée pour la radio Méridien Zéro
Article suivantMalgré les « affaires », Jacques Mellick reprend le beffroi de Béthune

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici