Accueil Sports Lens-Brest (3-2) : Florian Sotoca, héros de la reprise

Lens-Brest (3-2) : Florian Sotoca, héros de la reprise

164
0

Retour sur le 1er match de la saison pour le racing club de Lens qui à l’image des autres clubs régionaux connaît un début très positif. Florian Sotoca réalise une performance hors norme avec un triplé qui l’a propulsé dans l’équipe type de ligue 1. Un match à l’image de la saison qui se profile?

Le Racing attaque fort ! Dès le 1er match de la saison, les hommes de Franck Haise ont livré une prestation de grande qualité, marquant 3 buts et se créant de nombreuses occasions. Seule ombre au tableau, une fin de match mal maîtrisée ayant permis au Stade Brestois de faire frissonner Bollaert.

C’était jour de fête dans le bassin minier. Auteur de deux superbes saisons depuis son retour dans l’élite en 2020, le RCL accueillait Brest avec l’ambition de bien commencer la saison 2022/2023. Il n’y a désormais plus l’occasion de se cacher, Lens est dorénavant considéré comme une équipe sérieuse du championnat pouvant même – si les planètes s’alignent – prétendre lutter pour obtenir une place européenne.

Pour voir haut il faut battre les adversaires annoncés un cran en dessous, comme le Stade Brestois, bien que ce dernier soit l’une des bêtes noires des Artésiens depuis de nombreuses saison, que ce soit en Ligue 1 ou en Ligue 2. L’an passé, les Sang et Or s’étaient inclinés 4-0 en Bretagne pour leur plus sévère revers et s’étaient à nouveau fait battre 1-0 lors du match retour.

Sotoca voit triple

Il y avait donc comme un air de revanche et c’est l’un des « anciens » du groupe qui a fait payer la note aux brestois. Dès la 27ème minute, Florian Sotoca reprenait depuis le point de penalty un ballon repoussé par le gardien adverse suite à une percée lensoise depuis le côté droit.

Un premier but suivi quatre minutes plus tard d’un penalty généreusement offert aux lensois par l’arbitre mais manqué par Sotoca, dont la frappe trop au centre du but et pas assez puissante ne trompait pas Marco Bizot, le portier breton.

Ce n’était que partie remise pour voir l’attaquant lensois inscrire un doublé puisque c’est à nouveau lui qui sautait plus haut que tout le monde et reprenait victorieusement de la tête un corner tiré par Frankowski à la 62ème minute de jeu.

Qu’avait donc bien pu manger Florian Sotoca avant la rencontre ? Trois minutes après son deuxième but, il s’offrait tout simplement le premier triplé de sa carrière ! Seko Fofana, toujours membre de l’effectif à l’heure actuelle malgré de nombreuses sollicitations, faisait en effet une merveille de passe en profondeur à destination de son coéquipier qui pouvait dans la foulée lober Marco Bizot. Le penalty manqué n’était plus qu’un lointain souvenir.

Notons qu’il s’agit du premier triplé d’un joueur du Racing en Ligue 1 depuis celui de Toifilou Maoulida en 2010 face à Boulogne sur Mer ! Oui, si les plus jeunes pourront en douter, les Boulonnais ont bel et bien joué au plus haut niveau.

Le triplé de Florian Sotoca faisait naturellement chavirer Bollaert, qui, à vrai dire, n’avait pas eu besoin de ça pour se mettre à chanter. Lors de l’entrée des deux équipes sur la pelouse, les Red Tigers avaient notamment déployé un superbe tifo en l’honneur des plus grands monuments de la ville.

Hélas, le 3ème but lensois marquait également la fin des réjouissances, Brest réduisant le score une minute plus tard sur une frappe de Belkebla détournée dans son propre but par Kevin Danso.

Plus de peur que de mal

Le défenseur austro-ghanéen du RCL était à nouveau malheureux à la 78ème minute en provoquant un penalty suite à une petite poussette dans la surface. Un penalty sévère mais pouvant se justifier, contrairement à la décision arbitrale suivante : alors que Del Castillo voyait sa tentative repoussée par Brice Samba, nouveau gardien lensois depuis cet été et la grave blessure de Wuilker Faríñez, l’homme en noir le faisait retirer, estimant qu’un défenseur lensois avait pénétré dans la surface avant le tir. Certes….mais de quelques centimètres tout au plus, obligeant d’ailleurs la VAR à vérifier tout cela. Dans ces conditions, l’on peut penser que la majorité des penaltys serait à retirer, ce qui, bien sûr, serait absurde.

Impérial sur le premier tir, Brice Samba devait s’incliner sur le second.

Le suspens était relancé pour les dernières minutes mais plus aucun filet ne tremblerait en cette très chaude après-midi.

Lens s’est fait une frayeur en fin de match mais peut malgré tout se réjouir d’avoir livré une belle performance. Si Florian Sotoca est naturellement l’homme du match, son collègue du front de l’attaque Loïs Openda n’a pas démérité. Maladroit dans le dernier geste, le néo-international belge a démontré ses qualités techniques et physiques. Voilà qui pourrait bien faire oublier Arnaud Kalimuendo, prêté par le PSG ces deux dernières saisons mais dont le coût du transfert estimé à 25 millions d’euros était trop élevé pour les finances lensoises. Celui-ci a finalement pris la destination de Rennes.

Les prochains matchs nous donneront l’occasion d’évoquer les autres nouveaux visages du Racing mais aussi les cadres ayant choisi de poursuivre l’aventure.

Prochain rendez-vous dimanche à Ajaccio !    

Luc Legru

Crédit photo: capture twitter

Le miroir du Nord, 2022. Dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentJacques Billant, nouveau préfet du Pas De Calais, une arrivée surprise?
Article suivantLe CHU Lille dans le classement des meilleurs hôpitaux spécialisés au monde 2022

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici