Accueil Politique Le ministre du logement convaincu par Emmanuel Macron grâce à Jean Louis...

Le ministre du logement convaincu par Emmanuel Macron grâce à Jean Louis Borloo

124
0

Emmanuel Macron a entendu la colère de nombreux élus lors du premier gouvernement formé sous sa seconde mandature. Il a rectifié le tir en nommant un ministre du logement. Olivier Klein, maire de Clichy Sous Bois en Seine-Saint-Denis, prend donc une place regardée de près. Le logement sera un des enjeux des 5 prochaines années.

Olivier Klein navigue dans le monde du logement depuis quelques années. Il était président de l’ANRU (agence nationale pour la rénovation urbaine) depuis 2017. Cet organisme finance et accompagne la transformation de quartiers de la Politique de la ville. Ce sont 1 514 quartiers situés dans 859 communes qui bénéficient de cette politique. Ses bénéficiaires sont principalement les habitants des banlieues, occupées majoritairement par les populations immigrées. Fortement critiquée, l’efficacité de cette politique a été remise en cause fin 2020 par la Cour des Comptes elle même.

D’abord sceptique sur Emmanuel Macron

Mais avant de devenir un privilégié grâce à Emmanuel Macron, et avant son entrée à l’ANRU, son scepticisme était de mise quant au jeune président de la république.

D’abord communiste, puis socialiste, cet enseignant est remarqué par Emmanuel Macron quelques mois après son arrivée. Alors en déplacement à Clichy Sous Bois, il propose quelques jours plus tard la place de président de l’ANRU à Olivier Klein qui accepte. Toutefois, voulant marquer son indépendance vis à vis du pouvoir en place, il se montre très pessimiste vis à vis de la mission de Jean Louis Borloo sur le sujet. L’ex maire de Valenciennes avait été sollicité par le président de la République lui même pour un rapport sur les banlieues. Par ses fonctions au sein de l’ANRU, Olivier Klein était concerné par le sujet.

Il déclarait la veille de la diffusion publique du rapport de Jean Louis Borloo: «Je ne crois pas aux dix mesures qui sauveront les quartiers». Il était sceptique vis à vis d’un énième rapport et considérait que pas assez d’argent avait été mis sur la table pour les banlieues.

Puis illuminé grâce au rapport Borloo

Mais convaincu par le rapport de Jean Louis Borloo, il change son fusil d’épaule vis à vis d’Emmanuel Macron. 3 semaines plus tard il déclare: « le président donne des signaux forts pour que ces propositions puissent s’engager avec une vraie mobilisation de l’ensemble des acteurs. ». Un véritable changement de cap même. Lui qui avait soutenu la candidature de Benoît Hamon en 2017, se voit faciliter la tâche pour les municipales de 2020. En Marche ne présente pas de candidat face à lui. Le PS le disgracie et Olivier Klein se retrouve libre comme l’air politiquement.

Ce qui devait arriver arriva. Dès octobre 2021, il soutient Emmanuel Macron pour un second mandat, lui qui n’est pas encore déclaré candidat. Un énième exemple d’un élu socialiste mis dans la poche par le président de la République et qui a été plus que remercié. De nouveau, comme Pap Ndiaye, ministre de l’éducation nationale, un autre soutien des publics de banlieue se retrouve sous la coupe de Macron.

Crédit photo : site du gouvernement

Le miroir du Nord, 2022. Dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentLaurent Degallaix, maire de Valenciennes, inaugure la grande mosquée de la ville
Article suivantL’intrépide contre-révolutionnaire Bernard de Corbehem débarque à Carnac

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici