Accueil Environnement Trajets courts travail-domicile: la voiture toujours privilégiée

Trajets courts travail-domicile: la voiture toujours privilégiée

130
0

L’utilisation du vélo ou des transports est évoquée tous les jours par les hommes politiques particulièrement ceux des grandes villes. Engorgement des grandes métropoles, pollution, tout est fait pour inciter les habitants à se détourner de leur voiture. Qu’en est il dans la région notamment pour les trajets courts entre la maison et le travail?

Utilisation de la voiture supérieure par rapport au reste de l’hexagone

En Hauts-de France, 646 400 actifs résident à moins de 5 km de leur lieu de travail. Près d’un quart d’entre eux s’y rendent en marche, vélo ou trottinette. Cela représente 31% des trajets de ce type.

Voici la répartition de l’utilisation des modes de transport en France

Les résultats de la région sont à modérer. Ils sont globaux aux Hauts de France, la Picardie est davantage rurale que la majeure partie des territoires du Nord particulièrement. La part d’utilisation de la voiture est supérieure de 1 point.

site INSEE

Cela paraît faible, particulièrement pour le vélo. Mais des moyens ont été donnés récemment sur Lille et sa couronne notamment pour tenter de désengorger une métropole qui étouffe par sa circulation de plus en plus dense.

100 millions de la MEL pour de nouvelles pistes cyclables

Lille est le secteur géographique le plus concerné par le vélo, la marche ou ls transports en commun. Ce qui est logique, la pratique de ce moyen de transport nécessite des moyens mais aussi l’environnement qui lui correspond. Cependant, seuls 6,4% des habitants l’utilisent. Selon l’INSEE, parmi les actifs parcourant moins de 5 kilomètres pour aller travailler, Lille se place au 11e rang national des 19 villes de plus de 150 000 habitants. Les villes bretonnes comme Nantes ou Rennes ont des résultats meilleurs. Ces municipalités ont investi depuis de nombreuses années à l’intégration du vélo dans le quotidien des habitants. Lille, pourtant gérée par une maire socialiste et une part importante d’élus écologistes, est loin derrière. Il y a bien des pistes cyclables aménagées depuis des années mais cela semble insuffisant.

En juin 2021, la métropole européenne européenne de Lille (MEL) a adopté un plan de 100 millions sur 5 ans. Les objectifs sont de relier les commune entre elles mais aussi les quartiers entre eux pour faciliter l’accès aux axes principaux.

La voiture préférée pour des raisons légitimes

Les mauvaises habitudes seraient elles difficiles à s’estomper? Certaines raisons sont sociologiques, d’autres plus terre à terre.

Les habitants de la région, comme les français en général, voient des avantages dans la voiture. Et pas des moindres.

  • des transports en commun défaillants. Les pannes et grèves multiples des métros, tramways et bus deviennent monnaie courante. Les arrêts de fonctionnement ont lieu le matin entre 7h et 9h et le soir à partir de 17 heures. Cela correspond aux heures d’arrivée et de sortie de bureau. Les utilisateurs, ne voulant pas prendre de risque, prennent la voiture machinalement.
  • des transports en commun de moins en moins sécurisés. Comme nous vous en parlions en janvier dernier, les transports en commun lillois sont dangereux. C’est pourtant le secteur géographique fortement concerné par les courts trajets domicile-travail. Les actes de violence y sont réguliers et pas seulement tard dans la journée. Les femmes sont harcelées, suivies et ne parlons même pas des fois où elles subissent des attouchements. Oubliés les transports l’été en robe ou jupe.
  • stationner sa voiture est quasiment impossible. Beaucoup voudraient utiliser les transports après un court trajet voiture. Mais où mettre son véhicule dans des villes qui rendent le stationnement impossible? A moins de payer un parking au mois, cela revient à marcher parfois plus d’un kilomètre ce qui est décourageant pour beaucoup.

Inciter les habitants à utiliser les transports, oui, mais encore faut il que des conditions d’utilisation correctes soient réunies.

Des raisons plus pratiques sont également à signaler.

  • des trajets maison/ travail souvent ponctués d’arrêts intermédiaires. Beaucoup de personnes essaient de faire coïncider leur arrivée au travail avec la conduite des enfants à l’école. L’utilisation du vélo devient donc plus compliquée. Idem pour les transports en commun qui ne seront plus accessibles facilement.
  • la voiture est pratique voire indispensable pour les travailleurs qui ont des contraintes d’habillement (forces de l’ordre notamment) ou devant prendre en charge du matériel.

Certains élus, journalistes jouent la carte de la leçon de morale. Mais des explications liées au quotidien des habitants expliquent cette part importante d’utilisation de la voiture. Le progrès environnemental dépendra des moyens donnés à ces transports.

Crédit photo: Martti Tulenheimo pour Flickr

Le miroir du Nord, 2022. Dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentAïd el-Kebir: les recommandations fallacieuses du préfet du Nord
Article suivantL’académie de Lille installe le conseil académique des langues régionales et recrute pour l’enseignement en flamand

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici