Accueil Politique Législatives: des programmes pauvres pour l’apprentissage du flamand à l’école

Législatives: des programmes pauvres pour l’apprentissage du flamand à l’école

122
0

En décembre 2021, la Flandre connaissait une victoire. Le ministère de l’Éducation nationale reconnaissait officiellement le flamand, en l’inscrivant sur la liste des langues régionales enseignées. A compter de la rentrée prochaine, tout établissement scolaire de l’académie de Lille pourra le mettre à la carte des matières pour leurs élèves. Nous ne rentrerons pas dans les considérations entre enseignement du flamand et du néerlandais qui fera l’objet d’articles futurs.

Les candidats aux législatives ont ils cette préoccupation en tête? Nous avons examiné les professions de foi des prétendants aux 13eme, 14eme et 15eme circonscriptions. Ces territoires allant du Dunkerquois à Hazebrouck en passant par Bailleul, soit celles le plus au Nord de la région. Là où quelques initiatives existent pour le flamand: initiations à l’école, cours soutenus par les communes.

L’école, un sujet oublié?

On peut classer les candidats en 4 catégories:

  • Certains candidats appartiennent aux mouvements politiques qui ont décidé d’uniformiser le document pour tous. A l’image du rassemblement national, NUPES ou reconquête, ce sera partout pareil pour tout le monde. Les documents de campagne officiels ne sont donc pas représentatifs et ne pouvaient évoquer cette spécificité. Dommageable dans une élection certes nationale mais à portée locale indéniable,
  • A l’inverse, certains ont fait l’effort (notamment financier) de personnaliser à la circonscription leur programme, comme En Marche mais qui n’évoque pas la question du flamand ou du néerlandais
  • D’autres, comme les Républicains ont fait une profession de foi adaptée au territoire et évoquent la question.
  • Ceux qui ne dépendent d’aucun mouvement politique, plus libres dans leur expression officielle. Dans le cas des 3 circonscriptions, le sujet n’est pas abordé.

Dans la grande majorité des cas, l’école n’est pas un sujet abordé. On y retient les promesses de campagne sur la sécurité, la santé, l’environnement mais pas le sort des enfants dans le milieu scolaire. Il y aurait pourtant beaucoup à dire. Entre les fermetures de classes, l’insécurité, les programmes scolaires décimés notamment par le wokisme et l’enfermement des enfants pendant la crise sanitaire, des mesures spécifiques pour les plus jeunes auraient été les bienvenues.

Quant à l’enseignement du flamand ou néerlandais, c’est pauvre. Pourtant plusieurs candidats revendiquent l’identité flamande de la circonscription, disent se battre pour la Flandre. Mais tout cela sans drapeau et sans parler de la langue qui sont les premiers symboles de notre pays. Inutile de regarder sur les documents de la majorité présidentielle qui n’a fait que combattre ce sujet.

Moins affirmatif concernant NUPES dans la 15eme circonscription représentée par Emilie Ducourant. Cette enseignante a mis ses enfants de l’autre côté de la frontière pour qu’ils bénéficient des cours d’une école flamande. Ils apprennent donc le néerlandais. Elle est une fervente partisane d’une développement poussé de la langue. La NUPES comprend LFI, mouvement archi jacobin de Jean Luc Mélenchon mais aussi EELV, défenseur des langues régionales (drôle d’union sur certains points). Rappelons qu’au Parlement européen, les élus corses appartiennent à un groupe commun avec les écologistes.

On ne trouve que le candidat soutenu par Xavier Bertrand dans la 14eme circonscription qui acte dans sa profession de foi ce choix. Frédéric Devos pose même des propositions pour la Flandre:

L’enseignement du flamand évoqué à travers quelques déclarations

Les professions de foi ne sont pas le graal. Qu’ont pu dire les candidats sur cette question? Cela a été compliqué de trouver des éléments, la question n’ayant pas fait l’unanimité. Cependant quelques déclarations ont été nettes. Outre Emilie Ducourant, ce sont aussi les candidats positionnés à droite à l’échiquier politique qui se sont exprimés positivement : Yohann Duval du RN sur la 13eme circonscription ou Pierrick Berteloot du même mouvement sur la 15eme circonscription ou encore Aurélie Leleu de Reconquête sur la 15eme également.

Le débat ne passionne pas les foules.

L’enseignement n’est pas perçu comme une chance pour lutter contre le chômage

Aucun candidat, même ceux proposant des cours de flamand ou néerlandais aux enfants à l’école ne font le lien sur ce sujet avec la question économique. Exception de Emilie Ducourant, candidate NUPES, qui à quelques reprises a exprimé clairement sa volonté de voir les enfants bénéficier de cours de néerlandais. Il est vrai que c’est par le néerlandais et non par le flamand occidental que le lien avec le monde du travail peut être fait. De l’autre côté de la frontière, ce sera le néerlandais qui vous sera demandé sur votre CV pour être engagé.

Crédit photo: DR

Le miroir du Nord, 2022dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentQuand des supporters de Valenciennes appellent à ne pas vous abonner
Article suivantAndré Lips aux Championnats du monde d’accordéon

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici