Accueil Minorités régionales 7 films à voir ou à revoir sur les Nations sans Etat

7 films à voir ou à revoir sur les Nations sans Etat

179
0

Depuis la fin de la période de décolonisation amorcée au lendemain de la Seconde Guerre mondiale jusqu’au milieu des années 1970, les notions d’éternité et d’intangibilité des frontières nationales sont durablement inscrites dans les schémas mentaux collectifs. Or, ces dernières années, les aspirations à l’indépendance de l’Ecosse et de la Catalogne bouleversèrent ces certitudes qui n’avaient pas été aussi ébranlées, au sein des Etats piliers de l’Union européenne, depuis de nombreuses décennies.

De même la Corse qui s’enflamma au lendemain de l’odieux assassinat d’Yvan Colonna fit prendre conscience à tous les Français que la question des autonomismes demeurait toujours d’actualité. De nombreux Etats européens ne masquent pas leurs craintes que ces exemples ne créent un lourd précédent. En réalité, qu’est-ce qu’une frontière continentale si ce n’est une limite issue d’un traité de guerre ou d’une union par mariage ?

Les luttes indépendantistes constituent un légitime moteur de l’Histoire.

Depuis la dissolution de l’ancien bloc soviétique au début de la décennie 1990, qui a favorisé l’accession ou la ré-accession à l’indépendance de nombre d’anciennes républiques soviétiques, ce ne sont pas moins de six pays qui sont parvenus à l’indépendance ces vingt dernières années : de l’Erythrée en 1993 au Soudan du Sud en 2011, en passant par le micro-Etat du Pacifique des Palaos, le Timor Oriental et le Monténégro.

Il nous sera permis d’être plus circonspect concernant le sixième cas. Car si de nombreux Etats européens refusent de voir leurs frontières remises en cause, ces Etats-dit-Nations, si prompts à se crisper sur leur intégrité territoriale avaient su se montrer plus favorables, en 2008, à soutenir l’indépendance de l’Etat-mafieux islamiste du Kosovo-et-Métochie, détenu par la milice criminelle de l’U.CK., et ce, au détriment du berceau originel que représente le Kosovo pour une Nation serbe qui n’avait pas voulu se plier aux injonctions du Nouvel Ordre mondial… Mauvais apprentis sorciers, les arroseurs sont aujourd’hui les arrosés. « Aujourd’hui la Serbie, demain la Seine-Saint-Denis, un drapeau frappé d’un croissant flottera sur Paris »…. La chanson prophétique Paris-Belgrade du groupe de rock In Memoriam fait dramatiquement écho aux nombreux actes terroristes survenus dans la très jacobine Nation française.

La bataille de Colluden

Titre original : The Battle of Culloden

Film anglais de Peter Watkins (1964)

16 avril 1746, à Culloden, des membres des différents clans rebelles écossais des Highlands, menés par le Prince Charles Edouard Stuart, font face aux troupes anglaises du Roi George II de Grande-Bretagne, que commande le Duc de Cumberland. Il ne faut pas plus d’une heure pour que le destin de la bataille soit scellé. Les Ecossais, mal organisés, sont mis en pièce par l’armée royale mieux équipée. Le combat terminé, la pacification du gouvernement britannique est d’une férocité sans nom. L’objectif avoué est de totalement annihiler le système clanique et, ainsi, prévenir toute nouvelle rébellion dans les Hautes terres. Ils seront plus de deux mille Ecossais à périr dans la lande marécageuse ce jour-là…

Watkins a curieusement opté pour un montage singulier. Aussi, le film se présente-t-il comme un documentaire d’actualités tourné caméra à l’épaule. Le réalisateur se balade donc sur le champ de bataille et interviewe les combattants çà-et-là sans manquer pas de commenter le déroulé de l’accrochage en voix off. Choix risqué mais, ô combien, magistralement réussi ! Tourné avec des comédiens amateurs et un maigre budget, on est loin de la grande production peu avare en mélodrame. Et voilà tout le charme de Watkins, le drame brut l’emporte sur le pathos, finalement assez anachronique. Culloden, c’est un peu un Braveheart réussi ! Plus que cela, un chef-d’œuvre !

Braveheart

Film américain de Mel Gibson (1995)

En cette fin de treizième siècle, l’Ecosse est occupée par les troupes d’Edouard 1er d’Angleterre. Rien ne distingue un certain William Wallace de ses frères de clan lorsque son père et son frère meurent opprimés. Bien au contraire, Wallace souhaite avoir le moins d’ennuis possibles avec la soldatesque anglaise. Il s’imagine parfaitement en modeste paysan et époux de son amie d’enfance, Murron MacClannough. C’est en secret que les amoureux se marient afin d’épargner à la belle de subir le droit de cuissage édicté par la couronne anglaise. Mais Murron est bientôt violentée par un soldat anglais, provoquant la fureur de Wallace. La jeune femme est étranglée devant ses yeux. Wallace ne pense plus qu’à se venger. La garnison britannique du village est massacrée. Ce sera la 1ere bataille d’une longue série de reconquête des clans écossais à l’assaut des Highlands…

Oui, Braveheart est un beau film ! Oui, les scènes de bataille sont fabuleuses ! A nouveau oui, le personnage de Wallace, imaginé et interprété par Gibson, ferait se soulever n’importe quel militant et s’enhardir du courage nécessaire lorsqu’il n’y a plus d’autre solution que le combat. Encore une oui, Wallace est un héros nationaliste qui ne laisse pas indifférent. Oui, Gibson maîtrise toutes les ficelles du Septième art dès son deuxième long métrage. Oui, oui, oui et pourtant…  Braveheart ne parvient pas au niveau de la réalisation de Watkins. La faute à un pathos romantique trop exacerbé et une idylle absolument mal venue avec Isabelle de France, bru du Roi Edouard 1er. Il est néanmoins impensable de ne pas le voir et l’apprécier.

F.L.B.

Documentaire français de Hubert Béasse (2013)

En 14 années d’existence, de 1966 à 1980, le Front de Libération de la Bretagne a commis pas moins de deux centaines d’attentats. Par tous les moyens, les F.L.B. entreprennent de défaire l’annexion de la Bretagne à la France, héritée du mariage de la Duchesse Anne, alors seulement âgée de douze ans, et du Roi de France Charles VIII. Les nombreux attentats visent l’ensemble des pouvoirs régaliens et symboliques de la France. Le plasticage de l’antenne de retransmission télévisée de Roc’h Trédudon, privant la Bretagne de télévision pendant plus d’un mois, et le dynamitage de la Galerie des glaces du château de Versailles comptent parmi les actions les plus spectaculaires menées par les mouvements indépendantistes en France. Evidemment, la répression ne tarde pas à frapper l’Emsav…

Divisé en deux parties, Les Années De Gaulle et Les Années Giscard, le remarquable documentaire de Béasse donne la parole à nombre d’anciens F.L.B., dont le témoignage est assorti de nombreux documents inédits. Provenant d’horizons politiques, parfois les plus opposés, l’extension du F.L.B. ne pouvait que rimer avec scission. S’ouvrant aux thèses socio-économiques anticapitalistes, l’Armée Révolutionnaire Bretonne entend marier ses initiales au sigle F.L.B. . Elle veut lutter pour une Bretagne plus progressiste. Béasse tend le micro à toutes les tendances des F.L.B., et ce, avec une objectivité appréciable dans le traitement des témoignages. Les pendules sont remises à l’heure pour ceux qui ont la mémoire courte ou la dent dure sur la réalité du mouvement breton. Parfaitement intéressantes que ces deux heures documentaires.

Génération F.L.N.C.

Documentaire français de Samuel Lajus (2004)

Eté 1975 sur l’Ile de beauté, Edmond a finalement choisi entre la canne à pêche et le fusil. Dès l’année suivante, différents groupuscules unissent leurs forces et créent le Front de Libération Nationale Corse. Il célèbrera joyeusement sa naissance par une spectaculaire nuit bleue. Le sigle F.L.N.C. se popularise très rapidement au-delà des côtes corses et inquiète fortement les services français. Les nombreuses arrestations et mises en détention n’entament en rien la progression de l’idée nationaliste en Corse.

Aussi, est-il inconcevable de ne pas attribuer au Front les avancées des revendications corses. Si la lutte armée contre le trafic de drogue divise la population, l’immense majorité des Corses, à l’exception de certains propriétaires fonciers peu regardants, ne pipent mot concernant le plasticage des résidences construites sur le littoral, afin que l’île ne devienne pas la Costa del Sol. Pourtant, les tensions grandissent et les nationalistes s’entredéchirent dans une lutte fratricide jusqu’à l’assassinat du préfet Erignac.

Il est dit que l’omerta règne en Corse. Pas dans ce passionnant et poignant documentaire en tout cas. De nombreuses images d’archives enrichissent les témoignages d’une trentaine d’ex-militants quinquagénaires du Front, de représentants du nationalisme corse. Parlenet également de hautes personnalités, tels le commissaire Robert Broussard, Jean-Louis Debré ou Charles Pasqua. La langue de bois n’est ainsi pas de mise. Y compris sur les sujets les plus sensibles, des règlements de compte entre partisans d’une même cause aux négociations secrètes entre les clandestins et l’Etat, mais aussi sur la dérive mafieuse de certaines factions. Finalement, ce sont les représentants de l’Etat qui en disent le moins… Deux années de tournage pour achever ce document, extraordinaire dans son décorticage du sentiment identitaire insulaire. Indispensable pour qui s’intéresse au sujet.

L’ordre et la morale

Film français de Mathieu Kassovitz (2011)

1988, loin de l’Hexagone, sur l’île kanake d’Ouvéa, 4 gendarmes sont abattus dans l’assaut de leur caserne. 27 autres sont retenus par des membres du mouvement indépendantiste du Front de Libération National Kanak et Socialiste. La situation se dégradait depuis de nombreux mois. Trois cents militaires sont dépêchés sur l’île calédonienne pour libérer les otages. Philippe Legorjus, patron de l’élite des gendarmes d’intervention, et Alphonse Dianou, leader des preneurs d’otages, partagent bien des valeurs communes, l’honneur surtout. Legorjus sent qu’il peut maîtriser la situation sans effusion de sang. Mais la France est alors à deux jours du premier tour des élections présidentielles. Dans le combat qui opposera Jacques Chirac et François Mitterrand en pleine cohabitation, la morale ne semble pas être la première préoccupation des deux candidats.

Tiré de l’ouvrage La Morale et l’action de Legorjus, le film ne manqua pas de faire scandale. Film militant pro-indépendantiste selon les partisans de la vérité d’Etat. Film inutile pour de nombreux Kanaks estimant la réouverture des cicatrices inutile. C’est certainement Legorjus qui constitue la source la plus fiable pour expliquer ce bain de sang. Manipulation des faits pour de basses considérations électives, réalité d’un néo-colonialisme français, fortes rivalités entre hauts gradés, la prise d’otages de la grotte ne pouvait connaître d’issue sereine. Les exécutions sommaires de militants indépendantistes fait prisonniers sont là pour le rappeler. Parfois manichéen dans sa caricature des militaires français, le film de Kassovitz demeure néanmoins extrêmement convaincant. A voir absolument ! 

15 février 1839

Film québécois de Pierre Falardeau (2001)

14 février 1839, sous le règne de la Reine Victoria, 2 héros québécois de la lutte pour l’indépendance, Marie-Thomas Chevalier de Lorimier et Charles Hindelang, apprennent que leur sentence de mort par pendaison sera appliquée le lendemain. Voilà 2 années que ces hommes comptent parmi 800 détenus emprisonnés à Montréal dans des conditions dégradantes après l’échec de l’insurrection de 1837. Une centaine a été condamnée à mort par les autorités coloniales anglaises. Entourés de leurs compagnons d’infortune, vingt-quatre heures les séparent de leur funèbre destin. De vagues sursauts d’espoir affrontent la peur et le doute. Une seule chose est sûre, affronter la mort sera leur dernier combat. Et ils ne regrettent rien…

Malgré une parenté historique et linguistique évidentes, que connaît-on aujourd’hui du Québec en France et de son aspiration à la liberté ? Inspiré de faits réels, Falardeau rompt avec sa filmographie satirique et a à cœur de rendre hommage aux luttes indépendantistes qui ont enflammé le pays québécois au 19ème siècle. Le réalisateur livre un sombre huis-clos de toute beauté. D’un parti pris indépendantiste évident, le film a légitimement été fortement égratigné par la critique anglophone dénonçant un déferlement de haine antibritannique. Quelques approximations historiques ne nuisent pas à un ensemble prodigieux.

Salvatore Giuliano

Film italien de Francesco Rosi (1961)

5 juillet 1950, le corps criblé de balles du bandit indépendantiste sicilien Salvatore Giuliano est découvert dans la cour d’une maison du village de Castelvetrano. Si l’homme était traqué par la police et l’armée italiennes, il semblerait qu’il ait été retrouvé avant eux. Le constat du décès est dressé par un commissaire tandis que les journalistes sont à l’affût du moindre renseignement. La mort achève une existence intrépide commencée en 1945 lorsque Giuliano s’engage dans la lutte violente, avec l’appui de la Mafia, pour l’indépendance de son île. Le 1er mai 1947, il avait été notamment impliqué dans l’assassinat de militants socialistes. Son corps est bientôt exposé dans sa commune natale de Montelepre, où sa mère et les habitants viennent se recueillir avec une dévotion non simulée. Tous les regards convergent alors vers Gaspare Pisciotta, lieutenant de Giuliano, que tous soupçonnent de l’avoir trahi et assassiné…

Les subtilités de Rosi

Film subversif et engagé à plus d’un titre ! Rosi utilise un curieux procédé scénographique pour évoquer la vie de ce curieux personnage historique sicilien. Moitié bandit indépendantiste, moitié Robin des Bois son souhait était de voler les riches pour donner aux pauvres. C’est aussi d’arracher l’île à la domination romaine pour en faire le quarante-neuvième Etat d’Amérique. Ainsi, le récit anarchique de Rosi parvient-il à ne pas être brouillon malgré qu’il soit sans aucun ordre chronologique. Autre point fort, Rosi est l’un des premiers à dénoncer les rapports étroits de la Cosa nostra avec le pouvoir politique sicilien. Enfin, le réalisateur n’a pas hésité à faire appel à des acteurs non-professionnels, renforçant le caractère authentique de l’œuvre. Un grand film politique par l’un des maîtres du cinéma italien. 

Le miroir du Nord, 2022. Dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentAdrien Gand consacré évêque titulaire de Macriana Minor
Article suivantLe jour où Concorde atterrit à Lille-Lesquin

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici