Accueil Sports Rencontre avec Alexandre, supporter lensois, auteur de l’ouvrage « l’opéra du peuple »

Rencontre avec Alexandre, supporter lensois, auteur de l’ouvrage « l’opéra du peuple »

286
0

Le miroir du Nord: présente toi à nos lecteurs ainsi que l’origine de l’écriture de ton livre

Alexandre Taillez: Je m’appelle Alexandre, j’ai 30 ans, je suis auteur et supporter du Racing Club de Lens.

J’ai commencé à écrire L’Opéra du Peuple, mon premier livre, à l’issue de la saison 2017/2018, qui fut tout simplement l’une des pires de l’histoire du RCL puisque nous avions frôlé la relégation en National. D’innombrables affaires extra-sportives avaient également secoué le club.

Comme tout amateur de foot, j’étais agacé par les attaques et les insultes nous qualifiant de « beaufs », disant aussi que ce sport était « l’opium du peuple ». À mes yeux, ce dégoût pour les supporters de foot est souvent synonyme de mépris de classe.

Je voulais donc tordre le cou à ces idées reçues, sans non plus tomber dans l’excès inverse en prétendant qu’il n’y avait aucune dérive.

C’est une auto-édition, aucun éditeur n’ayant répondu à mes sollicitations. Le succès rencontré depuis sa publication en mars 2020 m’a confirmé que j’avais fait le bon choix et je remercie les nombreux supporters lensois qui m’ont soutenu en achetant mon livre.

MDN: détaille nous un peu plus son contenu

AT: Il s’agit d’un carnet de bord des voyages que j’ai eu la chance de faire pendant près de vingt ans pour suivre des événements sportifs, essentiellement des matchs du RCL mais pas uniquement. Les amateurs de foot étranger, de basket et de sport automobile trouveront quelques jolies références !

Je fais le récit de ces événements et j’en profite pour évoquer des points historiques ou « philosophiques » lorsque cela me paraît opportun. 

MDN: pourquoi ce n’est pas un simple livre sur le foot?

AT: Mon idée est de démontrer que l’amour du sport est un formidable moyen de se cultiver, et ce par différents moyens.

« L’histoire des clubs est très souvent liée à l’histoire de leur localité »

L’histoire des clubs est très souvent liée à l’histoire de leur localité, ce qui se répercute entre autres sur leur blason, à commencer par celui du Racing. Ensuite, à notre époque, les passionnés de sport sont probablement parmi les plus grands connaisseurs de la géographie mondiale ! Lors de mes jeunes années, j’étais l’un des rares de ma classe à connaître et situer des villes comme Gueugnon, Auxerre, Guingamp ou Laval. Aujourd’hui, je dois ma connaissance des hymnes nationaux et des drapeaux à ma longue « expérience » de supporter !
Enfin, et c’est l’un des points que je développe le plus dans mon ouvrage, les déplacements et autres voyages dans le cadre du sport permettent de découvrir de nouveaux horizons, des lieux empreints d’histoire. De la Bretagne au Pont du Gard, de Lyon à Milan en passant par Cracovie, Metz ou Barcelone, j’ai découvert en grande partie la France et l’Europe grâce au foot.

Le titre complet, L’Opéra du Peuple, Le stade comme école de vie, fait référence à tout cela ainsi qu’à la dimension sociale du stade. C’est le reflet de la société, tout le monde s’y retrouve sans distinction, pour le meilleur et pour le pire. Vous avez bien sûr compris que cela prenait le contre-pied de l’expression que j’évoquais plus tôt, « l’opium du peuple ».

MDN: quelle est ton image du foot d’aujourd’hui, ton impression sur son évolution et sur les supporters?

AT: Sans surprise, je ne suis pas séduit par l’évolution du foot, c’est le moins que l’on puisse dire. Je suis d’ailleurs de près l’excellent travail du journaliste indépendant Romain Molina, qui dénonce tous les micmacs mais aussi les crimes qu’elle engendre. Nous sommes loin du foot des années 60, qu’un ami de la famille qui était joueur pro à l’époque me racontait quand j’étais gosse, ou même de celui des années 90 avant l’arrêt Bosman.  

« Nous sommes loin du foot des années 60 »

Toutefois, je dois bien admettre que ma passion pour ce sport est trop forte pour que je m’en désintéresse. Par exemple, je considère que l’attribution de la Coupe du Monde au Qatar fut un scandale, que la construction des stades dans ce pays fut un véritable calvaire pour les ouvriers – ou devrais-je dire les esclaves – ou encore que la programmation de l’événement en décembre est aberrante, mais je sais parfaitement que je ne résisterai pas à l’envie de suivre la compétition.

C’est incohérent, j’en suis conscient et je n’en suis pas fier !  

« Je suis parfois agacé par la victimisation dont font preuve les ultras »

Dans un autre registre, s’il est de bon ton de cracher sur les supporters, surtout sur les ultras, je dirais que j’ai une position sans doute minoritaire sur le sujet. Je suis parfois agacé par la victimisation dont ils font preuve, je ne comprends pas pourquoi certains recherchent l’approbation des pouvoirs publics, mais la diabolisation qu’ils subissent est insupportable. On a davantage entendu parler du chant (dégueulasse) des Niçois sur Sala que du meurtre d’un père de famille à Marseille.

Certains journalistes ont fait des sorties scandaleuses, notamment Olivier Rouyer qui a suggéré de régler le problème en tirant sur les niçois à la mitraillette ! Quelle folie ! Je pense aussi à Christophe Galtier, qui est monté sur ses grands chevaux suite à cette affaire quelques jours après avoir léché les bottes d’Emmanuel Macron, un homme qui a fait de la division des Français sa spécialité, qui a insulté plusieurs millions d’entre eux et fait éborgner de nombreux manifestants. Voilà qui me semble encore plus incohérent (et indécent) que mon futur intérêt pour la Coupe du Monde au Qatar.

MDN: quelques mots pour donner envie de l’acheter

Si vous êtes issu du monde des tribunes, ou au contraire, si vous le méconnaissez voire le méprisez, L’Opéra du Peuple est fait pour vous. Il vous permettra de vous replonger dans « votre » univers ou d’en découvrir un nouveau, sans faux-semblant mais avec de vrais arguments, beaucoup de passion et de bienveillance.

Notez aussi que j’ai eu l’honneur immense d’obtenir une préface de Monsieur Guillaume Warmuz, légende du Racing Club de Lens.

Mon livre est en vente sur mon compte ebay, opera-du-peuple, où vous trouverez également un magazine dédié à l’histoire du RCL que j’ai entièrement réalisé l’an dernier.

Petite info en exclusivité pour vous : un autre très grand projet en lien avec le Racing est en chantier et devrait sortir d’ici quelques mois !

Crédit photo: DR

Le miroir du Nord, 2022. Dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentLe centre Nausicaá de Boulogne fête ses 31 ans
Article suivantAdrien Gand consacré évêque titulaire de Macriana Minor

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici