Accueil Société Crise migratoire, les traversées de la Manche n’ont jamais été aussi élevées

Crise migratoire, les traversées de la Manche n’ont jamais été aussi élevées

282
0

Les chiffres des traversées des migrants dans la Mer du Nord font froid dans le dos. En 2019, ils étaient 2 294 pour 203 embarcations à tenter de franchir le détroit par les eaux. L’année suivante, ce nombre est passé à 9 551 personnes, pour 868 embarcations. En 2021, ils étaient 28395, soit 3 fois plus que l’année précédente. Quelle est la tendance en 2022? Elle est pire. Sur les 4 premiers mois de l’année, l’augmentation est de 300% entre 2021 et 2022. Quand cela va t’il s’arrêter?

Effectivement, pendant ces dernières semaines, plusieurs faits divers de ce type ont été recensés. Le 20 avril, 31 migrants étaient secourus au large de Boulogne Sur Mer. Quelques jours avant, ils étaient environ 70.

La police du Nord recense sur son compte twitter les traversées en utilisant elle aussi le #smallboats. Cela renvoie à ces petites embarcations inadaptées à une traversée en mer. Les migrants tentent le tout pour le tout quitte à en perdre la vie.

Un travail qui représente du temps et de l’argent. Surveillance de la police, rapatriement des migrants, prise en charge une fois arrivés sur terre.

Les sauveteurs en mer sont dépassés et n’en voient pas le bout. Ces hommes bénévoles se disent abandonnés par l’Etat. Pour rappel, la SNSM est principalement financée par des dons privés.

Un gouvernement aux abonnés absents

Gérald Darmanin a totalement échoué dans la gestion de la crise migratoire. N’anticipant pas un changement de méthode des passeurs et migrants, les résultats français sont catastrophiques. Les passages par camion sont devenus rares. La technologie développée pour permettre la détection de présence humaine dans les camions ajoutée à la longue période de crise sanitaire ont privilégié le mode maritime.

Il a tenté à plusieurs reprises de reporter la faute sur nos voisins anglais. Ils ont en effet été peu prompts à régler le problème. Cependant, ils ont mis en place plusieurs actions dont une entrant dans un accord avec la France. Ils ont à plusieurs reprises financé des caméras de surveillance pour les villes côtières. C’est le projet Terminus qui fut accepté par les municipalités même de gauche pourtant opposées à ce mode de surveillance. Dernièrement, un accord a été signé entre le Royaume Uni et le Rwanda permettant aux autorités anglaises de déplacer les demandeurs d’asile et migrants illégaux au Rwanda. Cette coopération de 144 millions d’euros a fait scandale.

Que propose la France? Rien dans l’immédiat. Pour sa réélection, Emmanuel Macron sera parvenu à passer à travers les gouttes de cette problématique qui touche notre région de plein fouet. Compte tenu de la politique laxiste du président, les traversées ne sont pas prêtes de s’arrêter. Les législatives verront peut être le sujet abordé.

Crédit photo:

Le miroir du Nord, 2022. Dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentLa gauche régionale peut elle influencer l’accord avec LFI?
Article suivantVas te faire hazebroucker ! C’est non pour le juge Ceccaldi !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici