Accueil Culture Salon du livre d’expression populaire et de critique sociale d’Arras de retour...

Salon du livre d’expression populaire et de critique sociale d’Arras de retour le 1er mai

262
0

Pour sa 21eme édition, il est de retour en chaire et en os. Les organisateurs avaient organisé la dernière édition de manière virtuelle pour cause de crise sanitaire.

Une journée riche attend les amateurs de lecture en tout genre quoique orientée politiquement. Ce festival se veut être le catalyseur de ceux qui ont une colère à exprimer. Se déroulant un 1er mai, jour du travail et de manifestations des syndicats et mouvements politiques de gauche, le ton est donné.

Le vide comme thème de cette édition

Le thème sera consacré au vide comme décrit sur le site internet de l’événement: « À travers le vide nous nous interrogeons autant sur l’absence que ce qui vient l’assouvir. Qu’il soit constaté, subi, recherché, rempli, produit, le vide apparait dans de nombreux aspects de notre quotidien. « c’est à la fois tout un monde et toute une histoire » Ce qui est sans être tout à fait, essai sur le vide, Etienne Klein, Actes Sud 2019 Nous aborderons le Vide à travers des questions sociétales, territoriales, culturelles, juridiques, philosophiques, psychologiques, économiques… Parmi les multiples sujets au programme de ce 1er mai 2022: la question des zones blanches, celle du travail précaire, de la place des femmes dans l’Histoire, de la justice, des bidonvilles, de la perte, de la maladie, des réseaux sociaux, des zombies… Du vide de l’ordre de l’intime à celui qui traverse l’organisation de nos sociétés, ce sont autant de sujets que nous vous inviterons à explorer, lire, découvrir, écouter, débattre, chanter, dessiner…« 

Ce sont 80 auteurs, 60 éditeurs que vous pourrez rencontrer grand place d’Arras. Quelques noms connus comme la sociologue Monique Pinçon-Charlot, quelques auteurs de BD et quelques contributeurs militants. Vous pourrez écouter des conférences, des débats et des lectures.

Un festival partisan

Outre les principaux invités que sont les auteurs et éditeurs, ce sont également près de 60 associations qui seront présentes. Leur penchant militant ne fait aucun doute. Elles défendent des causes comme la lutte contre le racisme, l’exclusion,. Plusieurs d’entre elles, installées dans la région, défendent des causes africaines, militent en faveur de l’installation des migrants. Ce sont également des médias d’extrême gauche qui exposeront leur contribution. Associations écologistes reconnues, culturelles ou féministes, le panel est large mais l’orientation politique est unique.

Autre lieu pour cette journée, le festival punk qui se déroulera place d’Ipswich tout le long de la journée. Musique punk à volonté pour du son sympathique à écouter.

Il y en a presque pour tous les goûts même si prononcé fortement à gauche…N’oublions pas financé par des fonds publics qui sont censés respecter une certaine neutralité.

Crédit photo: colères du présent

Le miroir du Nord, 2022. Dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentGrégory Pamart, médecin non vacciné de Jenlain, inquiété par l’ordre des médecins pour avoir soigné gratuitement un malade du covid
Article suivantParis 2024: Saint Omer financée pour des initiatives santé

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici