Accueil Politique Election présidentielle: comment a voté l’électorat de Jean Luc Mélenchon?

Election présidentielle: comment a voté l’électorat de Jean Luc Mélenchon?

149
0

La semaine dernière, nous vous livrions une analyse des résultats du premier tour de la présidentielle. Nous avions fait un focus sur les communes qui ont placé Jean Luc Mélenchon en tête. Quels sont les résultats dans ces communes? Vers qui les électeurs ont ils reporté leur vote?

Le soir même du premier tour, Jean Luc Mélenchon n’avait pas appelé à voter pour Emmanuel Macron. Comme beaucoup d’hommes politiques peu courageux, l’essentiel était de ne pas donner une voix à Marine Le Pen…tout en ne s’abstenant pas. Une façon détournée d’appeler à voter pour Emmanuel Macron. Une part significative de cet électorat avait manifesté sa désapprobation et était dans la logique « tout sauf Macron ». De là à voter Marine Le Pen, le pont n’est pas fait.

Dans la région, quelques villes ont mis le représentant de la France insoumise en tête dont la capitale des Flandres. Roubaix et Lille ont positionné le président sortant en seconde position. Contrairement aux autres villes nordistes que sont essentiellement Maubeuge, Louvroil et Tourcoing où Marine Le Pen est seconde.

Lille

Les résultats du 1er tour étaient sans appel. Le rassemblement national était très loin derrière LFI et LREM.

Pour le second tour, Marine Le Pen est parvenue à rassembler presque 1/4 des votes avec une abstention plus importante qu’au 1er tour (33,26%)

Si on comptabilise les voix de Mélenchon et Macron du 1er tour, on parvient au score de Macron au second tour. Mais le calcul n’est pas si simple. Au 1er tour, les mouvements de Yannick Jadot (EELV) et Fabien Roussel avaient obtenu respectivement 7,04% et 2,34%. Assurément pour ces électorats, le vote pour Le Pen n’était pas possible. Il y a donc bien eu un léger report de voix des électeurs de Mélenchon vers le RN. Ce ne sont pas les scores de Pécresse, Zemmour, Dupont Aignan, Lassalle additionnés qui sont suffisants.

Roubaix

Sans appel, Jean Luc Mélenchon surpassait ses adversaires. Le vote communautaire musulman s’était manifesté de manière significative. Le président de la République arrivait second. Le parti patriote du RN était donc presque inexistant.

Pour le second tour, le résultat du RN est meilleur qu’à Lille. Presque 30% des votants se sont exprimés en sa faveur avec une abstention de presque 50%. Le report d’une partie des voix de JL Mélenchon est donc une réalité. Les voix comptabilisées au 1er tour par le bloc positionné à droite ne sont pas suffisantes pour expliquer ce résultat. Idem pour l’ensemble des voix de gauche; EELV n’avait fait que 2,60% et Fabien Roussel 1,36%.

Maubeuge

Lille et Roubaix étaient les seules à mettre le RN en 3eme position au 1er tour. A Maubeuge, comme les autres villes à avoir préféré JL Mélenchon, les scores étaient beaucoup plus serrés.

Le comportement des électeurs de LFI est une réalité. Entre un taux d’abstention qui augmente (+2%) et un report des voix vers le RN, Marine Le Pen arrive tout juste en tête.

Louvroil

Le vote Mélenchon était plus franc que dans la ville voisine.

Le second tour lui a emprunté la même voix en faveur de la candidate RN. L’abstention des électeurs de gauche a eu des conséquences avec 5 points de plus qu’au 1er tour.

Tourcoing

A quelques centaines de voix, LREM ne prenait que la 3eme place. L’influence de Gérald Darmanin était elle donc amoindrie?

Le second tour a pris une toute autre configuration qu’à Maubeuge ou Louvroil. Avec une abstention de plus de 3% par rapport au 1er tour, les électeurs se sont tournés vers Macron.

Grande Synthe

Le territoire de Damien Carême, ex maire pro migrants, était un des seuls de Flandre à se prononcer en faveur de Jean Luc Mélenchon.

Pour le second tour, on y retrouve la même situation qu’à Louvroil. Avec une abstention de plus de 4% par rapport au second tour (39%), un report des voix de LFI s’est fait en faveur de Marine Le Pen.

L’analyse de ces résultats dans le Nord montre des contextes sociologiques différents. Les grandes métropoles semblent finalement satisfaites ou se sont résignée à voter Macron. L’opposition reste marquée ailleurs. A l’image des résultats dans l’hexagone, les métropoles n’opposent plus aucune résistance au candidat du système.

Crédit photo : 100.govt.nz (photo d’illustration)

Le miroir du Nord, 2022. Dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentLe débat : prime à l’arrogance (i-média 392)
Article suivantLille-Strasbourg (1-0): une drôle de victoire

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici