Accueil Vidéos Le combat contre les langues régionales ou l’expression du fanatisme républicain

Le combat contre les langues régionales ou l’expression du fanatisme républicain

188
0

Un nouveau quinquennat se termine ce dimanche 24 avril. En réalité un nouveau quinquennat pour rien en matière de promotion des langues régionales. Malgré quelques déclarations faussement bienveillantes et qui n’engagent à rien, la France jacobine demeure l’Etat le plus fanatiquement opposé à prendre les dispositions nécessaires à la survie des langues reconnues comme régionales : le flamand occidental, le picard, le francique lorrain, l’alsacien, le breton, le gallo, le basque, l’occitan, le catalan, le francoprovençal, le corse, les créoles guadeloupéen, martiniquais, guyanais et réunionnais, le tahitien, le mahorais et le kanak.

L’Etat aux abonnés absents

L’ensemble des initiatives revient donc aux collectivités locales et aux réseaux associatifs. Bien au contraire, l’Etat s’est montré particulièrement agressif comme on ne l’avait pas vu depuis des décennies. Saisi par le cabinet du ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, le Conseil constitutionnel acte l’anticonstitutionnalité de l’enseignement immersif en langues régionales, ainsi que cela se pratique dans les écoles Diwan en Bretagne, Ikastola au Pays Basque, Calandreta en Occitanie, Scola Corsa en Corse et A.B.C.M. Zweisprachigkeit en Alsace. Car le parisien Blanquer, visiblement admirateur de l’abbé Grégoire, peine à balayer devant sa porte.

Tandis que la France s’effondre dans tous les classements européens et mondiaux portant sur l’enseignement, le sinistre de l’Education nationale s’en prend violemment à des méthodes pédagogiques que ne désavoue aucun linguiste et pédagogue. A l’exception notable du linguiste Alain Bentolila qui s’était fendu d’une curieuse tribune dans le Journal du dimanche et intitulée « Les langues régionales à l’école, un combat inutile et douteux ». Un linguiste opposé à la diversité linguistique, on aura donc tout vu et Bentolila enseigne que n’est pas Claude Hagège qui veut !

Colère contre Jean Michel Blanquer

Mais revenons à notre sympathique ministre Blanquer, dont les ambitions de conformité constitutionnelle sont aussitôt renvoyées dans les cordes par son président Emmanuel Macron qui annonce que rien ne saurait porter atteinte aux réseaux d’enseignement en immersion. Blanquer humilié, c’est au tour du Premier ministre Jean Castex de jouer au pompier de service, en sa qualité de locuteur catalanophone. Fin de la cacophonie gouvernementale, énième épisode de la politique du « en même temps ». Il faut craindre que le prochain quinquennat soit tristement conforme au premier. Quant à Marine Le Pen, bretonne « à l’insu de son plein gré », elle n’a pas manqué de rappeler, encore il y a quelques jours, qu’elle est fermement opposé à l’enseignement des et en langues régionales.

Jean-Michel Blanquer aura au moins eu le mérite de jeter dans la rue les défenseurs des langues régionales. Mai 2021, de la Flandre au Pays Basque, de la Bretagne à la Corse, le mot « liberté » se décline dans toutes les langues !

Direction l’Aquitaine pour le documentaire dominical du jour. En novembre 2021, France 3 Nouvelle-Aquitaine réunit plusieurs personnalités, dans son émission Dispautandum, pour évoquer l’avenir des trois langues qui concernent la région : le basque, l’occitan et poitevin-saintongeais.

Les invités sont Allande Boutin, journaliste à France 3 Euskal Herri Pays Basque, Denis Salle, journaliste à France 3 Bordeaux, Jean-Luc Armand, conseiller régional en charge des langues régionales, Yannick Jaulin, comédien saintongeais et la linguiste Marie-Anne Chateaureynaud.

L’exemple aquitain et un débat très intéressant.

Bon doc !

Crédit photo: capture youtube

Le miroir du Nord, 2022. Dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentTanguy Malmanche, le bretonnant de Saint-Omer
Article suivantFusillé pour l’exemple, John King réhabilité par la Nouvelle-Zélande

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici