Accueil Vie des médias 2eme tour de la présidentielle, la presse aux ordres de Macron (2/2)

2eme tour de la présidentielle, la presse aux ordres de Macron (2/2)

175
0

Nous sommes à la veille du second tour des présidentielles. Nous vous proposions la semaine dernière un petit panel de unes de la presse subventionnée. Sans complexe, les journalistes ont pris partie pour Emmanuel Macron, comme cela a été le cas depuis 5 ans. Qu’en était il cette semaine alors que la presse monte de plus en plus et que l’écart entre les 2 candidats se resserre?

Les complexes se sont définitivement envolés , c’est sans aucune gêne qu’ils ont exprimé leur parti pris. Voici quelques exemples pour illustrer cette presse aux ordres.

La palme revient à Libération

Mercredi dernier, avait lieu le débat entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron. Les échanges étaient encore en cours quand la une de Libération était déjà diffusée. Ils avaient enterré la candidate avant même la fin des échanges.

Libération avait bien mis la une polémique sur ses réseaux sociaux. Il ne s’agissait pas d’une fausse information. Mais le lendemain, surprise. C’était une autre une qui la remplaçait.

Quel était le but de cette manoeuvre? Influencer l’électorat de Jean Luc Mélenchon qui sera déterminant dans le résultat de dimanche soir? Ils seraient 30% à glisser un bulletin Marine Le Pen.

Le journal gauchiste ne s’est pas arrêté en si bon chemin et a publié un article relatant, selon eux, les 30 raisons pour lesquelles il ne faut pas voter pour la candidate RN. Vous pouvez le lire, car cet article,

Contrairement à beaucoup d’autres, est en accès libre. Nous ne reprendrons que le bonus (qui porte bien son nom) qui comprend même l’analyse d’une psychanalyste.

capture libération du 22 avril 2022

Suivi de près par La Croix

C’est par le billet d’une vidéo que son directeur de rédaction de La Croix, Jérôme Chapuis, s est exprimé au nom du journal. Marchant sur des oeufs au début de la vidéo, il finit par des propos invectifs « candidate d’extrême droite », atteinte à la liberté religieuse, allant contre les plus démunis que sont les migrants »

De quoi expliquer la méfiance des français vis à vis de la presse, phénomène pourtant expliqué par Jérôme Chapuis lui même en début d’année. « Les conclusions bousculent toutes les professions de l’information : on observe un décrochage important des Français sur l’intérêt à l’actualité : on passe de 67% à 62% des Français qui disent s’intéresser à l’actualité. Et chez les jeunes, les 18-24 ans, qui ne sont que 38% à s’y intéresser contre 51% l’an dernier. 

La situation n’est pas prête de s’améliorer avec ce type de comportement.

Marianne: opposition entre rédaction et actionnaire

Les salariés de Marianne ont marqué leur opposition au choix pris par leur actionnaire, Daniel Kretinsky. Ce millionnaire tchèque a fait main basse sur des entreprises en difficulté suite à la crise sanitaire. Mais il a également investi dans les médias, il possède Marianne et est actionnaire du Monde. Il détient également une partie de la FNAC. Spécialiste des énergies fossiles, son expansion est constante.

Une communication louable et qui en dit long sur le pouvoir que représente les détenteurs des titres de presse.

Quelques illustrations de la subjectivité de la presse

Rien de tel n’a été fait contre Emmanuel Macron, pas de critique de son programme ou de sa prestation hautaine lors du débat.

Cela influence t’il encore les électeurs, à l’heure où seuls 38% des moins de 25 ans se disent intéressés par la lecture de la presse?

Crédit photo: wikipédia

Le miroir du Nord, 2022. Dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentLe hooligan allemand Markus Warnecke sort de prison
Article suivantLes éoliennes oui mais pas Au Touquet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici