Accueil Sports RC Lens : Après le derby, les Sang et Or s’offrent Montpellier et...

RC Lens : Après le derby, les Sang et Or s’offrent Montpellier et rêvent d’Europe

149
0

Un vent de folie s’est emparé du bassin minier ! En quelques jours, le Racing Club de Lens a remporté le derby du Nord sur la pelouse du LOSC et s’est imposé sans trembler à domicile face à Montpellier. Le peuple lensois a retrouvé sa fierté et se prend à rêver !

Et un, et deux, et trois derbys !

Cette saison 2021/2022 restera dans les annales du football nordistes. Les trois derbys disputés (deux en championnat et un en Coupe de France) sont en effet tombés dans l’escarcelle du même club, le RCL.

Le dernier en date avait donc lieu samedi dernier au Stade Pierre Mauroy et marquait un tournant dans la saison des deux équipes. Le vainqueur pourrait à nouveau regarder vers le haut du classement tandis que le perdant serait nettement freiné dans la course à l’Europe. Pour le LOSC, il s’agissait aussi de laver – si cela était vraiment possible ! – l’affront d’avoir déjà perdu non pas un mais deux derbys cette saison.

Mais comme au match aller en septembre dernier, Przemysław Frankowski allait doucher les espoirs lillois. Le joueur polonais n’allait cette fois pas attendre la deuxième mi-temps pour ouvrir le score mais le faisait dès la 4ème minute de jeu à la suite d’un corner frappé par Jonathan Clauss. Le ballon lui arrivait dans les pieds au second poteau de Léo Jardim et il l’expédiait dans les filets d’un sublime tir de l’extérieur du pied droit.

Si les supporters lensois étaient officiellement interdits du court déplacement dans les Flandres, ce  but et le cri de joie entendu dans les tribunes prouvait que nombre d’entre eux avaient contourné cette sanction.

Pour rappel, lors du match aller, des incidents avaient éclaté après que le parcage lillois ait envoyé des sièges sur les supporters lensois installés à côté d’eux. De nombreux ultras lensois installés dans le Kop avaient alors pénétré sur la pelouse pour aller défendre les leurs comme ils le pouvaient.

L’ouverture du score de Frankowski n’allait pas arrêter l’élan lensois, bien au contraire. Arnaud Kalimuendo recevait plusieurs offrandes qu’il ne parvenait cependant pas à transformer. La troisième tentative serait la bonne et le jeune attaquant prêté par le PSG doublait la mise pour Lens à la 37ème minute après avoir vu son tir détourné par le défenseur du LOSC José Fonte.

La première période lensoise aurait été parfaite sans la réduction de l’écart par Xeka d’une tête croisée imparable dans les arrêts de jeu.

Le scénario serait bien différent en seconde mi-temps, avec un LOSC beaucoup plus volontaire et offensif, mais parfaitement inefficace.
Très friable défensivement pendant de longs mois, le Racing semble avoir trouvé la recette et bénéficie qui plus est d’un peu de chance qui lui faisait défaut jusqu’à présent, Lille touchant deux fois les montants.

Aucun but supplémentaire ne serait donc inscrit.

Au coup de sifflet final, joueurs et supporters disséminés dans les gradins de Pierre Mauroy pouvaient laisser éclater leur joie et même chanter « la Lensoise » et « Les Corons ».

La soirée n’était pas finie puisque 1 000 à 2 000 inconditionnels du Racing s’étaient donnés rendez-vous à la Gaillette, le centre d’entraînement du club, pour accueillir leurs héros comme il se doit.

La passe de trois en L1 également

Les slogans chantés dans la nuit de samedi à dimanche (« Et un, et deux, et trois derbys », « Le Nord est Lensois ! ») allaient encore être au coeur du match de championnat disputé mercredi soir à Bollaert contre Montpellier. Pendant trois minutes, de la 59ème à la 62ème minute, afin de symboliser les trois derbys remportés mais aussi les deux départements de la région, les 36 000 étaient invités à se lever pour applaudir « les champions des derbys du Nord ».

Les plus taquins faisaient remarquer sur les réseaux sociaux que malgré l’indiscutable supériorité lilloise en termes de résultats en L1 depuis 10 ans, le bilan entre les deux équipes depuis 2012 était désormais à l’équilibre avec 3 victoires partout. On a connu domination plus outrageuse !

Le public lensois n’a pas manqué de célébrer les joueurs mais ces derniers n’ont pas manqué de jouer une nouvelle prestation solide face aux Montpelliérains, actuellement dans une période délicate.

Après un début de match marqué par quelques approximations techniques, les hommes de Franck Haise reprenaient leurs esprits en exerçant leur pressing habituel et en confisquant le ballon à l’adversaire. A la 37ème minute, Seko Fofana renversait le jeu côté droit vers Jonathan Clauss qui servait instantanément David Pereira Da Costa à l’entrée de la surface de réparation. Le jeune portugais slalomait dans la défense et concluait son action d’une frappe délicate mais précise qui ne laissait aucune chance au gardien.

Les lensois confirment en 2nde mi-temps

La deuxième période verrait les sudistes reprendre « du poil de la bête » et mettre à l’épreuve Wulker Farinez mais le portier vénézuélien du RCL bondissait parfaitement pour sortir les deux tentatives les plus dangereuses de Téji Savanier (65ème et 71ème minutes).

C’est finalement Lens qui allait doubler la mise à la 75ème minute grâce à deux joueurs tout juste entrés en jeu. Frankowski, buteur lors du derby, se transformait cette fois en passeur décisif en délivrant une merveille de centre côté droit pour la tête d’Ignatus Ganago, qui mystifiait le gardien en smashant le ballon.

2-0 serait donc le score final et Bollaert pouvait une fois encore acclamer son équipe.

Avec trois victoires consécutives et pas des moindres (Nice, Lille, Montpellier), le Racing revient à trois petits points de la troisième place. Si la qualification pour les barrages de la prochaine ligue des champions n’est ni l’objectif ni le scénario le plus probable, l’Europa League ou l’Europa Conference League sont de nouveau des rêves envisageables.

Luc Legru

Crédit photo: capture twitter

Le miroir du Nord, 2022. Dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentReims – LOSC (2-1): les adieux à l’Europe
Article suivantLe mariage de Jacqueline de Hainaut maintenu malgré les liens de consanguinité

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici