Accueil Politique Elections législatives: le bilan de Sébastien Chenu (19eme circonscription du Nord)

Elections législatives: le bilan de Sébastien Chenu (19eme circonscription du Nord)

312
0

Nous continuons notre série consacrée au bilan des députés. Vous voterez pour les prochaines législatives les 12 et 19 juin prochains. Qu’en est-il de la 19eme circonscription du département du Nord?

Circonscription à la population aux revenus très faibles, elle est composée des cantons suivants:

  • Bouchain, 
  • Denain,
  • Valenciennes-Sud (hors Valenciennes).

Le taux de chômage y est un des plus élevés de France (environ 30%), le niveau de santé des habitants y est très bas. Les habitants sont principalement issus de la classe populaire.

Sébastien Chenu, opportunisme ou homme de convictions?

Il a un passé politique hétéroclite. Passé par divers partis de droite dont l’UMP, il fût directeur de cabinet dans plusieurs municipalités du Val D’Oise de 1996 à 2001. A partir de 2002, il rejoint l’assemblée nationale en tant qu’assistant parlementaire d’Axel Poniatowski. Puis il continue sa progression en 2004. Il devient conseiller de Nicole Guedj, secrétaire d’État auprès du garde des sceaux, ministre de la justice, chargée des droits des victimes. Puis, il est chef adjoint de cabinet de Christine Lagarde, ministre déléguée au Commerce extérieur.

En parallèle, à partir de 2001, élu à la mairie de Beauvais, il travaille avec Caroline Cayeux, la mairesse encore en place actuellement. Il devient même Vice-président de la communauté d’agglomération du Beauvaisis.

Hors politique, il s’est distingué pour avoir cofondé l’association Gaylib qui milite pour les droits des homosexuels. Elle était associée pendant ses 1eres années à l’UMP. Mais l’opposition de ses dirigeants au mariage gay voient ses fondateurs se rattacher à l’UDI puis au mouvement radical depuis 2018. A noter qu’en 2011, il devient secrétaire national de l’UMP, chargé de l’exception culturelle.

Spécialiste en communication, il rejoint le service dédié de France 24. Puis il revient en politique. Entre 2008 et septembre 2012, conseiller auprès du délégué interministériel à la communication du gouvernement et directeur du Service d’information du gouvernement. À ce poste il est notamment chargé de travailler la communication d’une douzaine de ministres dont Eric Woerth.

Arrivée au front national

Son activité arrêtée, il créé un cabinet conseil en 2013 en communication institutionnelle. L’aventure durera peu de temps. En décembre 2014,il rejoint le front national et prend immédiatement le poste de délégué national du Rassemblement bleu Marine (RBM) et responsable de la culture. Depuis, il ne quitte plus Marine Le Pen. Certains cadres du FN, plus conservateurs n’ont pas apprécie son arrivée. La légende voudrait que ne supportant pas avoir été préféré à une anti manif pour tous par Nathalie Kosciusko-Morizet pour prendre la tête de liste du 2eme arrondissement de Paris en 2014, il tente à tout prix de trouver un poste de président d’une structure culturelle. Il aurait alors demandé l’aide de Bruno Julliard pour se rapprocher d’Anne Hidalgo qui briguait la mairie pour la 1ere fois.

En 2020, il fait un score décevant à la mairie de Denain où la mairesse repasse dès le 1er tour. En 2015, il intègre le conseil régional et retrouve Xavier Bertrand avec qui il avait des liens à l’UMP. Il mène la liste régionale de 2021 qui connaît également un score moindre par rapport à celui attendu notamment par les sondages.

Avec son élection en 2017, il fait partie des premiers députés FN (devenu RN) de la région élus à l’assemblée nationale.

Un mandat tout terrain

Il a suivi la ligne de son mouvement politique en défendant le pouvoir d’achat, les moyens donnés à la santé, la lutte contre l’immigration ou encore la condition animale. Auteur de nombreuses questions au gouvernement, il a fait de même avec les propositions de loi et les amendements.

Concernant les problématiques locales, il a interrogé le gouvernement sur les problématiques suivantes:

  • la surexploitation de la forêt de Mormal
  • Situation de l’hôpital de Denain dont l’avenir du service gériatrique
  • Suppression de plus de 150 postes d’enseignants dans l’académie de Lille en février 2020
  • Commissariat de Denain
  • Projet d’augmentation de capacité de l’incinérateur de Douchy-les-Mines
  • Sur le projet de décret traitant des primes versées aux soignants du Nord
  • Des inégalités dans l’accès aux soins dans les Hauts-de-France
  • Risques liés à l’implantation d’ADN Santé sur le territoire de Sambre Avesnois
  • Remise en cause du contrat de reconstruction de La Roseraie de Lille
  • Pour protéger la Société Anizienne de Construction
  • Pour une meilleure gestion du club VAFC
  • Foyer de cas de SLA dans le Denaisis

Activité des 12 derniers mois

Cette période nous semble intéressante compte tenu d’un contexte politique hors norme et législatif très actif. Il continua sur la cadence de son début de mandat. Son rôle de porte parole pour la campagne présidentielle l’occupe fortement sur les plateaux TV. Cependant, il est de nouveau fortement sur le terrain local. Concernant les problématiques régionales, il a interrogé le gouvernement sur les questions suivantes:

  • Conservation des chalets de plage de Blériot
  • Pour maintenir le MEEF de polytechnique Hauts-de-France
  • Fermeture des classes dans le Nord-Pas-de-Calais
  • Réouverture du centre de cure de Saint-Amand-les-Eaux
  • Respect des mesures d’accueil des gens du voyage à Denain
  • engagement pour le bassin minier

Il s’est engagé à plusieurs reprises sur l’arrêt des différents pass et le respect des libertés.

Quant à sa présence dans l’hémicycle, selon le site nosdeputes.fr, elle est dans la moyenne haute par rapport à celle des autres députés.

L’issue de l’élection présidentielle dépendra de son avenir. Assurément, il serait ministre de la culture si Marine Le Pen prenait le pouvoir. Il se représentera dans le cas inverse. En face de lui, à l’extrême gauche, la situation est compliquée. L’alliance de gauche tant espérée par les partisans de Jean Luc Mélenchon avec le parti communiste bat de l’aile. Ca risque de coincer aussi à droite avec les investitures données par LR et UDI qui ne feront peut être pas bloc pour la candidature finale. Marine Le Pen est arrivée en tête dans quasiment toutes les villes de la circonscription au 1er tour de la présidentielle dimanche dernier

Crédit photo: wikipédia

Le miroir du Nord, 2022. Dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentBuitoni à Caudry, la piste halal évincée?(1/2)
Article suivantReims – LOSC (2-1): les adieux à l’Europe

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici