Accueil Vidéos Le bassin minier entre préservation patrimoniale et reconversion

Le bassin minier entre préservation patrimoniale et reconversion

107
0

Le 3 février 1720, une veine de houille est découverte à l’occasion d’une campagne de recherche du minerai à la fosse Jeanne Colard de Condé-sur-l’Escaut. Ce gisement fonde le bassin minier des Pays-Bas français qui va progressivement s’étendre sur plus de 1.200 km2, et investir une large partie des départements du Nord et du Pas-de-Calais depuis le hameau de Fléchinelle d’Enquin-lez-Guinegatte jusque bien au-delà de la frontière à l’ouest.

L’extraction du charbon a façonné le bassin houiller, tant au niveau du paysage que de l’architecture, et va forger des générations d’hommes. Les conditions de travail sont effroyables et les accidents fréquents. En 1906, un coup de grisou dévaste la fosse de Courrières. 1.099 mineurs décèdent dans la catastrophe. La mine est aussi un bassin politique. C’est l’heure des grèves et du socialisme syndical. C’est aussi le temps de solidarité entre ouvriers artésiens, polonais, belges, italiens et autres et des matchs de football à Lens et Valenciennes.

Années 60: le début du déclin

Le métier est aussi dur que les mineurs sont fiers. Jusqu’au déclin… Dans les années 1960, l’extraction du charbon devient moins rentable entraînant la fermeture progressive de nombreuses fosses. Le bassin entre dans une forte récession dont il n’est toujours pas sorti. Le chômage et la misère sociale frappent durement le territoire. Le clientélisme politique, par « achat » de voix électorales ou attribution de logements sociaux devient un sport local. Le bassin se meurt…

Aujourd’hui, il reste ces montagnes noires et les chevalets, fantômes métalliques, qui veillent sur la plaine houillère. L’heure est à la reconversion.

Terrils, du noir au vert est un documentaire réalisé par Nicolas Cailleret et co-produit par France 3 Nord-Pas-de-Calais et Transparences Productions, avec les participations de la R.T.B.F. et du C.N.C.

Bon doc !

Crédit photo: DR

Le miroir du Nord, 2022. Dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentAprès 56 jours de grève, les mineurs d’Anzin reprennent le travail
Article suivantDerby du Nord, une leçon de réalisme

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici