Accueil Sports Derby du Nord, une leçon de réalisme

Derby du Nord, une leçon de réalisme

160
0

Le derby Lille – Lens, tant attendu, avait lieu samedi soir au stade Pierre Mauroy. Les deux équipes n’étant séparées que d’un point, on s’attendait à une opposition électrique, on ne fut pas déçus. Devant une assistance chauffée à blanc, les deux équipes ont livré une prestation de qualité, riche en opportunités de but (28 tirs !) et en frictions. On déplorera simplement la décision préfectorale de fermer le parcage visiteurs, les pouvoirs publics préférant une fois de plus la solution de facilité plutôt que de faire leur travail.

Afin d’optimiser son animation, Jocelyn Gourvennec alignait sa défense classique en l’absence de Botman, toujours blessé, Xeka et André tenaient l’entre-jeu, Sanches et Bamba les côtés et Zeghrova, pour sa première titularisation, remplaçait Ylmaz aux côtés de David.

Première mi-temps au bénéfice des lensois

Mais ce sont bien les artésiens qui allument la première mèche et de belle manière ; dés la quatrième minute, Clauss tire le premier corner du match qui ricoche sur la tête de Fonte et se retrouve de fait dans les pieds de Frankowski étrangement seul au second poteau. Le polonais place un très bel extérieur du droit pour ouvrir le score. Zeghrova ne tarde pas à sonner la révolte lilloise mais son centre, après un festival sur l’aile droite, ne trouve pas preneur.

Si la possession est légèrement en faveur du Losc en cette première mi-temps, les lensois semblent bien plus investis, en témoigne cette grosse opportunité à la 19º minute mais Jardim repousse la tentative de Kalimuendo. Dans la foulée, Sanches trouve le poteau du droit puis Zeghrova met à contribution le gardien vénézuélien de racing Farinez d’une belle frappe du gauche. Les actions s’enchaînent et c’est Jardim qui sauve une nouvelle fois les dogues par un double arrêt face à Kalimuendo puis Sotoca.

À la demi-heure de jeu, c’est au tour de David qui croise trop son tir avant que Fofana ne lui réponde d’une belle frappe enroulée du droit qui aurait trouvé la lucarne sans l’intervention de Jardim. Kalimuendo va finalement arriver à ses fins à la 37°, son tir étant contré par Fonte ce qui trompe son propre gardien. L’avantage des sang et or semble mérité tant ils sont supérieurs dans l’engagement mais Xeka, d’une belle tête croisée dans les arrêts de jeu redonne l’espoir aux lillois.

Un LOSC transfiguré au retour des vestiaires

Si le retour aux vestiaires est mouvementé du fait d’une altercation entre Sanches et Gradit qui récolteront chacun un carton jaune dans l’affaire, c’est un Losc transfiguré qui revient sur la pelouse, asphyxiant son adversaire par un pressing intense. Cela se traduit par une frappe trop enlevée de David pourtant en bonne position puis surtout de Bamba déviée du bout des gants par Farinez. Si après un quart d’heure de jeu, Lens réussit à sortir la tête de l’eau, c’est bien Zeghrova à la 65° qui trouve le poteau. À la 74°, Médina procure aux lensois leur seule opportunité de la seconde période d’une tête juste au dessus de la barre et André, dans les arrêts de jeu, est prêt de trouver la faille mais rien n’y fait, Lens vient s’imposer à Lille pour la première fois depuis près de vingt ans.

La rencontre fut de haute intensité, accrochée, chaque équipe a eu sa mi-temps mais le Losc aura une fois de plus manqué cruellement de réalisme offensif : cinq tirs cadrés sur 17 contre sept sur onze pour le RCL ! On retirera tout de même la très belle prestation de Zeghrova que l’on devrait revoir comme titulaire…

Les deux poteaux ajouteront à la frustration du public prêt à envahir le terrain à l’issue de la partie ce qui nécessitera l’intervention des forces de l’ordre mais il ne faudra pas oublier les nombreux sauvetages de Jardim sans qui Lens aurait pu avoir un avantage bien plus conséquent à la mi-temps.

Les dogues voient leur adversaire du jour les dépasser au classement et font une bien mauvaise opération en vue des accessits européens. Il faudra absolument se reprendre mercredi à Reims.

Pierre Pillerault

Crédit photo: DR

Le miroir du Nord, 2022. Dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentLe bassin minier entre préservation patrimoniale et reconversion
Article suivantLe business de l’« identité » ch’ti provoque du rififi chez les abruch’ti

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici