Accueil Sports Le Losc stagne

Le Losc stagne

223
0

Dimanche après-midi, Le Losc retrouvait le stade Raymond Kopa, théâtre du sacre national lillois il y a quelques mois. La situation était cependant moins glorieuse cette fois-ci, les champions de France en titre se battant pour les strapontins européens tandis que leur adversaire du jour traversait une période délicate, restant sur huit défaites lors de leurs neuf dernières rencontres. Après la déception bordelaise et la semaine agitée autour de l’éviction de Ben Arfa suite à ses propos peu amènes envers son entraîneur, il était important de se relancer pour rester dans la course au haut de tableau.

Jocelyn Gourvennec avait choisi d’aligner un 4-4-2 avec la défense classique, Tiago Djalo palliant toujours la longue indisponibilité de Botman, Renato Sanches, Xeka, André et Bamba soutenant le duo David – Burak Ylmaz.

La première grosse occasion devait échoir aux angevins, Jardim déviant difficilement la reprise de Mendy. Si le Losc tient nettement la balle, il n’arrive pas à se montrer dangereux et tandis que les nordistes ronronnent leur football, Boufal se rappelle au bon souvenir de ses anciens coéquipiers et se montre dangereux peu après la demi-heure de jeu en tirant de peu au dessus puis, peu avant le mi-temps en mettant Jardim à contribution.

Après un premier acte très décevant sans aucune occasion digne de ce nom à signaler pour le Losc, on attend mieux mais c’est toujours le SCO qui se montre le plus dangereux et c’est logiquement qu’ils trouvent la faille à la 64° minute, le centre de Doumbia étant détourné dans ses propres buts par Tiago Djalo. Après sept rencontres sans encaisser de buts, c’est donc un but contre son camp qui mettait fin à cette impressionnante série. Cela avait le mérite d’enfin réveiller les nordistes qui sortaient de leur torpeur avec notamment l’entrée de Zeghrova qui animait le secteur offensif. Et il apparaissait naturel que le kosovar signat l’égalisation d’un maître-tir dans la lucarne de Mandrea, le portier angevin. Si Mendy butte sur Jardim a un quart d’heure de la fin, c’est bien les dogues qui animent la fin de match mais sans réellement faire passer de frissons dans le dos des supporters angevins.

Ce sera donc une nouvelle déception pour le camp lillois mais logique au vu du match, les nordistes ayant paru apathiques jusqu’à l’ouverture du score, dominer les vingt-cinq dernières minutes d’une rencontre ne suffisant pas pour prétendre à la victoire finale surtout avec si peu de créativité offensive à l’image de cette statistique édifiante : 3 malheureux tirs cadrés pour dix-sept tentatives ! Place au derby désormais qui animera la région samedi soir…

Pierre Pillerault

Crédit photo : capture twitter

Le miroir du Nord, 2022. Dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentElections législatives: le bilan de Christian Hutin (13eme circonscription du Nord)
Article suivantNouveaux mouvements de grève chez Amazon

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici