Accueil Sports LOSC -Bordeaux: un air de déjà-vu

LOSC -Bordeaux: un air de déjà-vu

149
0

En recevant Bordeaux, le dernier de la classe en complète déliquescence, le LOSC avait l’occasion de revenir tout prêt du podium. Nice et Rennes avaient fait match nul un peu plus tôt dans la journée. Il était donc hors de question de ne pas prendre les trois points face à une équipe ayant toujours encaissé au moins un but à chacune de ses rencontres depuis le début de la saison.

Botman, toujours indisponible, Gourvennec alignait Tiago Djalo au côté de Fonte en charnière centrale, Gudmundson et Celik occupant les côtés. Le milieu de terrain était tenu par Onana et André tandis que l’on retrouvait le trio offensif Bamba, Gomes et Lihadji pour soutenir Burak Ylmaz en pointe. Jonathan David, de retour du Panama où il jouait avec le Canada pendant la trêve internationale étant ménagé. Il était sur le banc. Bordeaux, diminué par les blessures et les suspensions devait de plus se passer de son gardien titulaire habituel Costil. Il est empêtré dans des tensions avec les ultras bordelais qui l’accusent d’avoir tenu des propos racistes face à Montpellier.

Une 1ere mi-temps en manque de maîtrise

Et ça démarre très fort puisque dés la troisième minute, un coup-franc de Bamba cafouillé dans la surface, Burak Ylmaz parvient à tirer. Poussin, le gardien bordelais, repousse sur Onana dont la tentative passe juste à côté. Ce ne sera malheureusement qu’un feu de paille. Puisqu’outre une tentative légèrement au dessus d’Onana au quart d’heure de jeu et un centre de Bamba sur lequel Poussin hésite à sortir à la demi-heure. La première mi-temps sera d’une indigence rare en terme d’occasions de but. L’horizon semblait pourtant devoir s’éclaircir pour les lillois à la trente-cinquième minute. Kwateng, le défenseur bordelais ayant déjà récolté un carton jaune pour une vilaine faute sur Bamba, réitérait son geste et se retrouvait logiquement expulsé. Le Losc n’en profitait cependant pas. Il tenait le ballon, gardait toutes les peines du monde à se montrer dangereux.

Une seconde mi-temps de meilleure augure

Le second acte sera heureusement mieux mené et après six minutes de jeu, Bamba trouve le poteau. Quelques minutes plus tard, c’est Gomes qui voit sa tentative fuir le cadre avant qu’Onana ne trouve enfin la faille mais assez nettement hors-jeu. Le but lui est logiquement refusé. Dans la foulée, c’est au tour de Tiago Djalo de tromper Poussin. Le but est une nouvelle fois refusé pour un hors-jeu de quelques centimètres cette fois-ci. À vingt minutes du terme, Bamba voit son astucieuse déviation stoppée par Poussin. Les occasions s’enchaînent et en quelques secondes, Zeghrova puis Ylmaz n’ont pas plus de succès.

Plus que dix minutes pour trouver la faille et Ben Arfa se montre dangereux, Poussin est encore à la parade. Les arrêts de jeu sont animés. Onana croit délivrer Pierre Mauroy de la tête. Mais pour la troisième fois de la rencontre, le but lillois est refusé pour hors-jeu. Poussin se fera une frayeur dans les ultimes instants. Il relâche le ballon juste devant sa ligne avant qu’Onana ne rate la dernière tentative du match.

Un LOSC muet

Le Losc reste donc muet face au dernier de la classe, coupable d’avoir accéléré trop tard après une première mi-temps soporifique. Jardim continue son impressionnante série d’invincibilité en championnat (en n’ayant rien eu à faire de la rencontre il est vrai). C’est bien la seule satisfaction de la soirée, Lille ratant une occasion en or de se repositionner au classement.

Paradoxalement, ce point pris par les bordelais ne les arrange finalement pas tant que ça. Les aquitains restent scotchés à la dernière place. Si le Losc confirme ses difficultés à faire la différence à domicile face aux petites équipes, espérons qu’ils confirmeront leur aptitude à s’imposer loin de leurs bases le week-end prochain à Angers.

Crédit photo: capture twitter

Le miroir du Nord, 2022. Dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentParis-Roubaix revient Sur le haut du pavé
Article suivantBerck, capitale mondiale du cerf-volant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici