Accueil Société La Cordée à Roubaix: l’échec de la République? (1/2)

La Cordée à Roubaix: l’échec de la République? (1/2)

241
0

Il y a quelques semaines, l’opinion publique découvrait avec effroi le jeune Nolan, collégien dans l’établissement la Cordée de Roubaix. Effroi car ce jeune garçon dénonçait le harcèlement dont il était victime par les élèves musulmans du fait de manger du porc. Le reportage de 7 à 8 sur TF1 brisait comme un tabou.

Les paroles dures du petit garçon raisonnent dans beaucoup de têtes. Elles ne sont que l’illustration d’un islam conquérant même chez les plus jeunes. Les jeunes européens sont malmenés, harcelés par ceux dont l’éducation nationale et les institutions en général acceptent tout.

La Cordée, l’échec d’une école républicaine?

Qu’est ce que la Cordée? C’est une école hors contrat située à Roubaix créée en 2015. Outre un enseignement traditionnel, on y apprend dès le plus jeune âge les valeurs de la République, l’histoire de France. L’école suit une ligne patriotique et traditionnelle non confessionnelle. Les élèves y portent l’uniforme et sont vouvoyés par leurs professeurs. Tout cela est dicté par la bienveillance, cependant les règles y sont strictes. L’objectif principal est de promouvoir la laïcité, la mixité et l’intégration. Beaucoup d’enfants scolarisés sont issus de familles immigrées.

Alors comment un épisode tel que celui subi par Nolan peut il tout de même voir le jour? Comment alors des élèves, jeunes, peuvent ils en arriver à traiter leur camarade de porc, à l’insulter, le moquer? Le sujet ne l’aborde pas mais ces enfants ne font que répéter ce qu’ils entendent à la maison par leurs grands frères et soeurs, leurs parents. C’est peut être aussi l’effet de groupe qui l’emporte. Cette école est fréquentée par énormément d’enfants d’origine maghrébine, africaine. 80% d’entre elles sont musulmanes. Certains ne parlent pas français lors de leur inscription.

80% des élèves issus de familles musulmanes

Force est de constater que ces enfants sont très majoritaires. Bien qu’ils soient baignés dans de bonnes intentions « républicaines », ils sont, pour certains, incapables de vivre en communauté. Ils ne se respectent qu’entre eux. Le constat est sévère. Même quand les moyens sont mis, ces enfants issus de l’immigration posent tout de même problème. Et dans ce cas, impossible de dire qu’ils ne sont pas privilégiés par l’ouverture de cette école qui ne coûte aux parents que 60 euros par mois.

Alors que les politiques au pouvoir rabâchent quotidiennement aux français l’obligation du vivre ensemble, il n’est qu’illusion. Vers qui est destiné le vivre ensemble? Apparemment pas pour les institutions et les politiques qui ne se sont pas offusqués de voir ces images. Imaginez un jeune garçon harcelé pour ne pas manger de porc par des jeunes européens. On peut imaginer d’avance, la saisine du rectorat, du ministère de l’éducation nationale suivie d’une inspection. Le discours avancé lors de son inauguration pourtant pas si ancienne, semble déjà loin. « Ils apprennent à être tous ensemble » « la culture d’origine est une richesse ».

Nous reviendrons dans un second article sur le financement de cette école et sur son réseau d’appartenance: espérance banlieues.

Crédit photo: capture facebook

Le miroir du Nord, 2022. Dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentConférence du Cercle Andries Steven « La langue des Flamands, histoire et actualité » le 20 mars à Bavinchove
Article suivantAlain Lamare, le criminel qui narguait ses collègues gendarmes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici