Accueil Politique Yvan Colonna: la responsabilité unique de l’Etat Français

Yvan Colonna: la responsabilité unique de l’Etat Français

461
0

Yvan Colonna, prisonnier nationaliste Corse, a été blessé ce matin par un détenu djihadiste radicalisé. Il a été transporté entre la vie et la mort à l’hôpital d’Arles, ville où il était détenu depuis quelques années. Nous venons d’apprendre officiellement qu’il est en état de mort cérébrale.

Son agresseur serait, selon plusieurs médias, Franck Elong Abé, un homme de 36 ans emprisonné pour islamisme radical et association de malfaiteurs. De plus, il a été condamné pour agressions multiples, dégradations répétées de sa cellule à Alençon. Il avait obtenu un changement d’établissement pour arriver à Nantes. Il avait tenté de s’échapper de l’hôpital-prison de Seclin en mars 2015. Un détenu à problème pour ses codétenus et les surveillants.

Le berger Corse avait été condamné définitivement pour l’assassinat du préfet Claude Erignac en 2011. Il a toujours clamé son innocence. Pour rappel, aucune preuve matérielle significative ne l’a relié à l’assassinat du préfet.

Une enquête devra déterminer comment un détenu dit « particulièrement signalé » ne l’aura pas été suffisamment au point de subir, lui aussi, les conséquences de l’islamisme radical.

L’acharnement de l’Etat Français

L’Etat Français l’avait, depuis longtemps condamné à une mort sociale. il a subi un traitement inhumain subi depuis des années. Il n’a pu voir sa mère depuis 15 ans, son fils depuis plus de 15 mois. Des insupportables conditions de détention vécue uniquement sur le continent : fouilles et changements de cellule à répétition. Et surtout un refus constant de le voir bénéficier d’un rapprochement à la prison de Borgo où il aurait été davantage en sécurité.

Les humiliations répétées d’être traité pire qu’un islamiste. Pour rappel, Bruno Dumont du gang de Roubaix, islamiste radical fut libéré sous bracelet électronique avant la fin de sa peine. Yvan Colonna, n’aura jamais bénéficié de cet assouplissement. En ayant accepté le rapatriement de son agresseur en France alors qu’il était détenu dans une prison américaine en Afghanistan entre 2012 et 2014, la France apparaît pleinement coupable. Cet événement tragique est symbolique de ce qu’est devenu ce pays dont la priorité est la racaille islamiste.

Crédit photo: DR

Le miroir du Nord, 2022. Dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentWokipédia: l’enfer d’extrême gauche. I média n°384
Article suivantAngers-Lens (1-2) : le soleil brille pour le Racing !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici