Accueil Société « Démocratie participative », le blabla du CESER Hauts-De-France

« Démocratie participative », le blabla du CESER Hauts-De-France

196
0

Le 22 février, le Conseil Économique, Social et Environnemental Régional (CESER) publiait un rapport « Démocratie participative et expression citoyenne. Quelles perspectives pour le CESER Hauts-de-France ? ». Sujet à la mode à une époque où les budgets participatifs, les ateliers d’expression citoyenne fleurissent. Vous pouvez donner votre avis sur l’aménagement d’un futur quartier en construction, l’utilisation d’un budget pour un projet « éco-responsable ». Le but: donner l’impression aux habitants qu’ils sont maîtres d’une partie du destin de leur commune et surtout de son budget.

Le CESER, qui a une influence régionale, rappelle les initiatives mises en place par la région:

  • « 2016, en lançant une «concertation culture» pour construire la nouvelle politique culturelle de la Région, avec les acteurs de la vie culturelle et de la société civile,
  • En 2018, en donnant la parole aux 15-30 ans pour mieux orienter ses actions, aides et dispositifs,
  • En janvier 2020, avec une concertation sur le climat auprès des habitants et en particulier auprès des jeunes, avec notamment des réunions publiques organisées sur tout le territoire des Hauts-de-France. »

Rien de probant.

Une vigilance nécessaire

Le CESER met en avant deux alertes fréquemment remontées par les experts sur ce sujet:

  • la crise des gilets jaunes restera comme un long épisode douloureux pour la classe politique. Débutée en novembre 2018, il aura fallu plus d’un an pour que les manifestations soient stoppées. La crise sanitaire a fini par arrêter cet élan de colère jamais connu en France. Les citoyens ont fait peur au pouvoir politique en place qui a riposté dans des proportions jamais connues vis à vis de la racaille des cités,
  • le taux d’abstention aux dernières élections régionales et départementales. Le taux de participation n’a pas atteint les 35%. La peur du covid n’a pas été la seule raison, les français ne se sentent plus représentés correctement. Personne ne répond à leurs préoccupations. Cela est confirmé par un sondage pour france info.

Ces 2 problématiques sont l’illustration d’une défiance des français vis à vis des institutions. Ils ne croient plus aux hommes politiques. Leur confiance est altérée également vis à vis des médias.

Les préoccupations des français mises de côté

Le CESER rappelle à plusieurs reprises la nécessité de s’intéresser davantage aux réelles préoccupations des habitants de la région. Il y a urgence à les écouter.

Pourtant, des sujets qui concernent leur quotidien sont tout simplement omis. On ne parle pas d’environnement ou de culture. Le 25 janvier 2022, un sondage d’opinion way nous apprenait que 63% des français estiment qu’il y a trop d’immigration et 61% que l’islam est un danger pour la République. Ces chiffres sont en hausse. Et pourtant, c’est toujours plus d’élus qui accueillent des migrants extra-européens. Ce sont toujours plus d’associations qui continuent à leur venir en aide. C’est toujours plus d’argent public qui est dépensé dans ce cadre. Valeurs Actuelles, la semaine dernière livrait des chiffres significatifs.

Dans la région, les éoliennes sont un fléau et une crainte pour tous. Alors que des nombreux collectifs et associations d’oppositions à ces projets se multiplient, seuls quelques rares projets sont retoqués par le préfet. Aucune prise en compte de l’avis des élus locaux et des habitants. Le collectif « vent des maires » en est la parfaite illustration. Même cas de figure avec l’association « vent debout » qui se bat contre le projet éolien en mer de Dunkerque.

Les oublis du CESER

Jérémy CADART est l’une des personnes auditionnées pour l’élaboration de ce rapport. Il est adjoint au Maire et délégué à la démocratie participative et à la transition écologique de la ville de Ronchin. Sa commune est directement concernée par un projet d’ampleur: l’agrandissement de l’aéroport de Lesquin. 33 associations agissent contre cette transformation. Elles organisent des manifestations ou participent aux consultations publiques depuis des mois. Or, la mairie de Ronchin s’est seulement positionnée contre ce projet le 7 février dernier ce qui avait provoqué la moquerie des élus d’opposition qui s’y étaient opposés de suite.

Xavier Bertrand, président de région, avait un grand projet en ce sens. Dès avril 2019, il annonçait vouloir mettre en place un droit d’interpellation citoyen. Cette promesse était relayée en décembre 2019 sur le site même de la région.

A ce jour, rien. Pire, la crise sanitaire a été souvent l’occasion pour le candidat à la présidentielle déchu de museler le débat en assemblée. Usant de la visio-conférence, la tenue des séances plénière a été dégradée depuis mars 2020.

Le CESER fait un voeu pieux qui semble hors de la réalité à quelques semaines avant la présidentielle.

Crédit photo: capture site CESER

Le miroir du Nord, 2022. Dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentJean Marquis et Prince de la photographie
Article suivantMartine Aubry demande aux Lillois d’accueillir des Ukrainiens à domicile

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici